AccueilAccueil  RechercherRechercher  tumblr  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 death will not be the end of your suffering

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité
MessageSujet: death will not be the end of your suffering   death will not be the end of your suffering Icon_minitimeSam 26 Avr 2014 - 22:30


Jehro Caleb Burtham
live and let die


   
 ≈ NOM : Burtham.  ≈ PRÉNOM : Jehro, Caleb.  ≈ ÂGE : trente et un ans.  ≈ DATE ET LIEU DE NAISSANCE : un 12 avril dans cette bonne vieille ville de Radcliffe.  ≈ NATIONALITÉ : américaine.  ≈ STATUT CIVIL : célibataire.  ≈ EMPLOI : chauffeur de taxi.  ≈ TRAITS DE CARACTÈRE : discret, cynique, sec, sûr de lui, revanchard, égoïste, indépendant, mal dégrossi, cultivé, nerveux.  ≈ APPARTENANCE AUX HUNTERS DEPUIS : deux ans.    ≈ GROUPE : Protecting Those Who Fear Them  .  
     
✤ 01. il est sorti de prison il y a deux ans pour un meurtre qu'il n'avait pas commis. il s'est bien rattrapé depuis. ✤ 02. il boit, il fume, il mange des trucs plein de gras. ✤ 03. il a de nombreux tatouages qu'il dissimule à l'occasion sous une couche de vêtements pour ne pas effrayer sa clientèle. ✤ 04. parce qu'il fut reconnu condamné à tord par le tribunal, il a reçu un sacré paquet de pognon en compensation de ses années passées en prison. ✤ 05. là bas, il a appris a fabriquer des armes blanches à partir de pas grand chose. ✤ 06. il a toujours la vieille moto crasseuse qu'il avait déjà à seize ans. quand il ne conduit pas son taxi, il ne se déplace qu'à moto. ✤ 07 après douze ans passés en prison, il a l'impression d'être débarqué tout droit du moyen-âge. les smartphones et toutes ces conneries modernes, il n'y comprend rien. ✤ 08. il se dit allergique aux noeuds de cravate. dès qu'il lui faut en mettre une, il a l'impression permanente d'étouffer. ✤ 09. il souffre d'insomnie. la faute à la prison, et à ce besoin constant d'être toujours sur le qui vive. ✤ 10. en taule, il a lu tous les bouquins possibles dans la bibliothèque. sa manière à lui de passer le temps. il s'est plus cultivé là bas qu'à l'école.

   
i. comment êtes-vous entré parmi les hunters?
   Une main tendue au bon moment. Il ne pensait même pas à la vengeance, pensait juste refaire sa vie, tranquillement, savourant cet argent qu’il ne savait même pas comment dépenser. Et puis, un homme a lu en lui la colère, et lui a donné l’occasion de la laisser s’exprimer. Oui, il avait le droit de réclamer réparation. Et puisque le mutant qui s’était servi de lui pour commettre un crime n’était plus de ce monde, il pouvait se faire justice en pourchassant les autres. Afin qu’aucun autre humain ne soit condamné par la faute de l’un de ces monstres. C’était il y a deux ans. Aujourd’hui, il semble clair que son désir de vengeance n’en a pas fait un homme en paix. Au plus profond de lui, il sait que tous ces mutants ne sont pas des criminels. Mais il appartient à un groupe qui pour une fois ne semble pas le juger pour son passé. Un groupe qui le respecte, qui le considère comme un égal. Alors il poursuit ses atrocités, craignant la solitude qui serait la sienne s’il retournait sa veste, ou partait sans dire un mot. Il continue parce qu’au fond, il ne sait faire que ça. Tuer ou être tué, c’était ainsi qu’il voyait les choses en prison. Et ce crédo ne l’a pas lâché d’une semelle depuis qu’il en est sorti.

   ii. avez-vous déjà effectué votre devoir de chasseur ?
   Oui, et plus d’une fois. Il n’a jamais tué de gosses, ou de gens aux pouvoirs sans conséquence. Il se plait à pourchasser le gros gibier, celui en qui il voit une réelle menace. Les télépathes et leurs semblables sont sa hantise. Il se souvient encore de ce sentiment de faiblesse qui s’était emparé de lui lorsqu’il était devenu la marionnette d’un autre. Sa première proie s’appelait Kevin. Il s’en souvient encore, comme si c’était hier. Un monstre qui s’introduisait dans vos rêves pour y modifier vos souvenirs. Jehro l’avait traqué sans relâche, et l’avait trouvé terré dans une cabane de chasse, à l’Ouest de la ville. Il lui avait réglé son compte à l’arme blanche, prenant tout son temps, savourant la lente agonie de sa victime. Il était persuadé que ce type n’avait que ce qu’il mérite. Qu’un bon mutant était un mutant mort. Avec le temps, il a appris à relativiser. Mais quand il repense à Kevin, c’est à chaque fois avec la satisfaction du travail accompli.

   iii. les mesures du traité de protection des mutants vous font-elles peur ?
   Peur ? Ce traité n’est rien de moins qu’une suite de mots sans importance. Les chasseurs l’ont montré, tout est hors de contrôle. On leur interdit d’exister, et pourtant, ils sont une menace bien réelle contre les abominations. Ce traité, ça n’est que du vent. De belles paroles de politiciens pour qu’ils puissent ensuite prétendre avoir fait leur travail. Qu’ils se déchargent de toutes responsabilités face au massacre en cours. Peut-être est-ce parce qu’il n’a plus confiance dans toutes ces institutions que Jehro philosophe ainsi. Mais dans le fond, on ne saurait lui donner complètement tort.

   iv. que pensez-vous de l'élection récente de thaddeus lancaster à la tête du comté ?
   Lancaster n’est pas le genre de personne dont raffole Jehro. Il le voit comme un sadique avide de pouvoir, et les politiciens, en règle générale, ne sont pas des gens qu’il apprécie. Il a beau avoir le statut de Hunter, Jehro ne se considère pas comme un extrémiste. Il ne pourchasse pas tous les mutants avec la même hargne. Lancaster, lui, ne fait pas dans la demi-mesure. Tous pourris, selon lui. Mais mieux vaut un homme qui assume ses responsabilités plutôt qu’un autre qui laisse le danger grandir sans rien faire. Jehro sent que cet homme n’est pas net. Mais à défaut d’autre chose, il faudra s’en contenter.

   
 ≈ PSEUDO : pawnee.  ≈ PRENOM : violaine.    ≈ ÂGE : vingt quatre ans.  ≈ PERSONNAGE : inventé.    ≈ AVATAR : ryan gosling.  ≈ CREDITS : tumblr.  ≈ COMMENT ES-TU TOMBÉ SUR TH ? : la pub bazzart, mais j'ai suivi le projet.    ≈ UNE ULTIME BAFOUILLE ? :  Arthour !… Pas changer assiette pour fromage ! .


Dernière édition par Jehro Burtham le Sam 26 Avr 2014 - 23:54, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: death will not be the end of your suffering   death will not be the end of your suffering Icon_minitimeSam 26 Avr 2014 - 22:31


   
we're all stories in the end
" just make it a good one "
Dans la rue, on le dévisage, on le moque. Jehro s’en fiche. Il n’a que faire de ce que pensent les autres. Il a grandi comme il a pu, ramassé de la ferraille pour la revendre ensuite, et se faire un peu d’argent de poche. En rentrant, il couchait sa mère, une alcoolique qui ne savait rien faire d’autre que des gosses en série.  Des moqueries, il en a entendu toute sa vie. Alors du haut de ses dix ans, il est déjà blindé, le môme. Il tire sur sa cigarette, regarde les mères de famille assises sur le banc d’en face. Elles se pincent toutes la lèvre inférieure. Un si jeune garçon, déjà possédé par le vice du tabac ? Elles désapprouvent d’un même hochement de tête. Il recrache la fumée d’un air désinvolte. Ca a commencé ? Donnie s’assoit à ses côtés sur le rebord du trottoir. Son ami lui fait signe que non. Elles ne seraient plus là, autrement, toutes ces mères de famille qui attendent leur rejeton au pied de l’église. Elles attendent la même chose qu’eux. La sortie de leurs charmants garçons, endimanchés pour l’occasion. Les jeunesses chrétiennes ont fort à faire à Radcliff. Mais pour les moutons noirs comme Donnie et Jehro, il n’y a pas de salut. Eux, ils ne viennent que pour assister au spectacle gratuit de ces gosses ridicules qui, au même âge, se prennent déjà pour des grands. Certes, un jour viendra où ils seront les patrons, et où Donnie et Jehro ne seront que des larbins. Mais au moins eux auront su profiter de la vie. Ces petits bourgeois coincés n’en auront rien goûté. La cloche de l’église résonne seize coups. D’un même mouvement, les matriarches se relèvent, défroissent les plis de leurs jupes, et attendent leur progéniture. Une trentaine de gosses surgit alors, dans un calme impressionnant. Personne ne court, personne ne rit. On avance, digne et droit, fier sans savoir pourquoi. Donnie commence déjà à pointer du doigt quelques types à l’allure ridicule. Oh merde ! T’as vu ce nœud pap’ ? On dirait des pingouins, ces mecs. Son rire traverse la rue jusqu’au trottoir d’en face, et lui attire quelques regards noirs de la part de ceux qu’il moque ouvertement. Mais personne ne bouge. Avec leurs jeans troués et leurs tee-shirts sales, les garçons font mauvaise impression. Ils ont des airs de petite frappe, on ne voudrait pas s’y abimer les poings. Jehro se lasse vite de ce petit manège. Ces gosses choyés et ennuyeux à mourir ne l’auront pas distrait plus de cinq minutes. Allez viens on se casse. On les a assez vu ces fils à maman. Il se relève brusquement, écrasant le mégot de sa cigarette avec le bout de sa basket. Donnie, à contrecœur, lui emboite le pas alors que Jehro prend déjà la direction de la ruelle la plus proche. S’amuser des plus riches que lui ne fait que lui rappeler qu’il n’a rien. Pas même un nœud papillon contre lequel pester. Il a la liberté de mouvements qui manque à ces gars-là. Il peut aller et venir à sa guise, et c’est là sa seule richesse. Mais sans un sous en poche, il ne lui reste que la rue à fréquenter. Et à force de parcourir la ville de long en large, il sait à quel point Radcliff peut être monotone. Il s’ennuie, ici. Il rêve déjà du jour où il pourra partir, l’esprit libre, sans contrainte. Tenter sa chance ailleurs, loin. Quitter sa mère, sa famille, découvrir le monde, s’établir quelque part. Loin, très loin. Sans jamais repenser à Radcliff et ses puritains, à cette vie sans saveur qui attend ceux qui restent.


☆☆☆


Jehro sent son monde s’écrouler. Il y a comme un vide qui prend forme sous ses pieds, et ce nœud qui nouait son estomac semble se renforcer davantage. Son avocat, un commis d’office qui semble n’accorder aucun intérêt à son affaire, boit son thé comme si la nouvelle qu’il venait d’asséner n’avait aucune conséquence. Il sera jugé comme un adulte. Impossible. Jehro ne peut y croire. Il refuse d’être poursuivi pour un meurtre qu’il n’a pas commis. Il ne s’est jamais senti aussi seul. Son avocat rit presque de son entêtement à plaider non coupable. Sa mère n’est plus que sanglots et crises de panique à l’idée que son fils soit envoyé derrière les barreaux. Il sait que tout l'accable, que les preuves sont contre lui. Mais il persiste, il sait qu’il ne peut s’agir de lui. Il se revoit, comme possédé, entrer dans une maison qui n’est pas la sienne. Il n’était même jamais venu dans ce quartier auparavant. Une femme le surprend dans sa cuisine, hurle. D’un revers de la main, il la frappe, la propulse sur le sol. La femme se tait, terrifiée. Et alors que Jehro ne contrôle toujours pas ses gestes, il revoit sa main se saisir d’un couteau, et frapper de plusieurs coups la pauvre malheureuse. Ensuite, plus rien. Un immense vide dans sa mémoire, et ce sentiment troublant de n’avoir été qu’un spectateur dans son propre corps. Une marionnette incapable de décider de ses propres mouvements. Sa conduite lui a été dictée par un autre, il en est certain. Mais il n’y a personne pour le prendre au sérieux. Même son avocat lui signifie que sa défense ne tient pas la route. Jehro se sait condamné d’avance. Il a dix-sept ans, et une vie entière passée à déranger son prochain. Il fait tâche dans cette ville bien rangée qu’est Radcliff. Il ne partage pas les croyances des gens, ne rentre pas dans le cadre idyllique qu’on souhaiterait tracer. Et aujourd’hui, voilà que sa différence en fait le suspect numéro un. La petite frappe, celui qui n’avait jamais été au-delà de quelques vols à l’étalage, endosse désormais le costume du meurtrier. Et qu’importe ce qu’il raconte, ses pairs l’ont déjà présenté comme le coupable idéal. On ne poussera pas l’enquête plus loin, pourquoi s’en soucier ? Il n’est qu’un gosse sans père, sans argent et sans avenir. Ca n’était qu’une question de temps avant qu’il ne commette l’irréparable. Et vient le temps du procès. C’est ainsi qu’on le présente devant le jury, comme cette âme perdue que rien ne peut sauver désormais. En quelques minutes, on le fait passer pour le pire des criminels. Bien vite, toute l’assemblée semble convaincue que seule une lourde peine peut protéger les braves gens de Radcliff d’un jeune homme au teint blafard, qui ne semble pas comprendre ce qui lui arrive. Le verdict, lorsqu’il tombe autour de quelques semaines, n’est finalement pas surprenant. Trente ans. Quand il sortira de derrière les barreaux, Jehro sera déjà à l’aube de ses cinquante ans. Les supplications de sa mère à l’annonce du verdict n’ont pas suffi à attendrir la foule. Jehro semble avoir pris un coup de massue. Il ne réagit pas à l’annonce du juge. Son regard est perdu, vide d’expression. Il n’a que dix-sept ans, et à l’annonce de la sanction, il en parait vingt de plus. Comme un petit garçon effrayé, il cherche sa mère du regard. Ce sont ses cris emplis de désespoir qui lui permettent de la trouver rapidement. C’est pas moi maman, je te jure que c’est pas moi. J’ai jamais tué personne ! Et seulement alors, il commence à réaliser. On s’est joué de lui, et sa vie vient de partir en fumée. Il a endossé le crime à la place de quelqu’un d’autre, il ne peut en être autrement.


☆☆☆

D’un geste nerveux, Jehro tapote contre la table en métal de la salle des visites de la prison. Il a bien changé, depuis ses premiers jours ici. Douze ans se sont écoulés depuis son jugement. Une éternité, entre ces murs. Le jeune homme apeuré lors de son procès a fait place à un homme meurtri, en colère. Il ne croit plus en rien, et certainement pas en la justice qui a fait de lui le parfait suspect, sans chercher plus loin. Il a multiplié les appels, a changé dix fois d’avocat. Il n’a jamais baissé les bras auparavant. Il ne compte pas le faire davantage aujourd’hui. D’autant qu’une porte s’ouvre. Après des années passées à clamer qu’il avait été la victime d’un transmutant, voilà qu’enfin quelqu’un semblait décidé à l’écouter. Et pas n’importe qui. Un docteur, qui voit dans ces mutations une arme capable d’annihiler les humains lambdas. Il avait contacté Jehro deux ans plus tôt, persuadé d’avoir trouvé une faille dans les résultats des radios du cerveau faites au jeune homme à l’époque. On avait vaguement cherché à comprendre pourquoi plusieurs heures manquaient dans les souvenirs du garçon. Mais il n’était même pas certain que quelqu’un ait un jour vraiment analysé ces radios. Sur le coup, Jehro n’avait pas tout compris. Et ne comprend pas mieux aujourd’hui. Lui n’est pas un scientifique, et se contente d’hocher la tête bien gentiment quand les termes deviennent trop techniques. On lui parle d’une zone d’activité anormale dans son cerveau. D’une tâche rouge qui n’a pas lieu d’être. On lui explique que seuls les transmutants capables de manipuler les esprits peuvent laisser de telles traces. On lui fait comprendre qu’il sera bientôt libre et innocenté. En l’espace de quelques mois, il passe de criminel à victime. Des lettres de soutien par centaines arrivent jusqu’à la prison. Mais il n’en lit pas une seule, méprisant cet intérêt soudain alors qu’on était prêt à le laisser crever comme un chien. Il est amer, beaucoup plus qu’il ne le faudrait pour quelqu’un qui s’apprête à regagner sa liberté. Chaque jour, il se rend désormais dans cette salle de la prison où il peut rencontrer les rares personnes qui ont cru en lui. Il lui faut faire preuve de patience. Après douze ans de prison, on pourrait croire qu’il n’est plus à quelques mois près. Mais c’est tout le contraire, chaque jour de plus passé enfermé lui donne l’impression de dépérir davantage. Enfin, une porte s’ouvre. Une femme élégante s’avance, un sourire faux sur le visage, une coiffure impeccable. Jehro ne l’a jamais vu. Il se relève, pas par courtoisie – la prison n’apprend pas la bienséance – mais par surprise. Cette étrangère ne lui dit rien de bon. Elle brise le silence la première, tendant vers lui une main que Jehro sert, intrigué. Monsieur Burtham, enchantée. Je suis votre nouvelle avocate. Elle se présente brièvement, son sourire toujours figé sur ses traits. Jehro croit capter son nom entre deux phrases interminables. Mais il n’écoute pas vraiment. Il ne fait que se poser la même question qui l’anime depuis qu’elle a posé un pied dans cette salle. Qui êtes-vous ? Elle le regarde, laisse échapper un petit rire amusé. Jehro ne voit pas ce qu’il y a de drôle. Sa question est légitime. Je viens de vous le dire. Votre nouvelle avocate. Jehro sent son expression s’assombrir. Il n’aime pas qu’on se moque de lui, surtout pas ces derniers temps. Chaque jour le rapproche un peu plus de sa liberté. Et cette femme qui croit faire de l’esprit vient compromettre son dossier. J’ai déjà un avocat. Foutez-moi le camp. Son sourire disparait, tandis qu’elle comprend que Jehro se fait vraiment menaçant. Il est loin le gosse qui clamait n’avoir tué personne. En prison, Jehro s’est vu contraint de s’endurcir pour survivre face aux brutes. Le bien, le mal, tout ça n’est plus qu’une vague notion qu’il a laissé derrière lui il y a longtemps. Mais face à lui, la femme ne recule pas. Elle tient tête, se redresse, poursuit comme si de rien n’était. Peut-être, mais moi je suis une bonne avocate. Je vous ferais sortir de là en moins de deux. Et ne vous en faites pas pour mes tarifs, c’est un ami à vous qui m’envoie. Vous n’êtes pas seul contre ces anomalies, monsieur Burtham. Des gens comme mon patron seraient d’ailleurs ravis de vous compter parmi eux une fois toute cette affaire tirée au clair. Elle continue et cette fois Jehro ne l’interrompt pas. Elle a ce charisme qui sied aux grands de sa profession. Elle doit certainement s’y connaitre dans l’art de captiver les foules. En cet instant, le jeune homme boit ses paroles, écoute ses promesses. Elle lui affirme qu’il sera libre, et lui explique ses projets pour lui. Elle lui parle du monde extérieur, des conflits qui règnent, des humains qui comme lui se sont fait piéger. Demain sera meilleur, c’est en tout cas ce que Jehro cherche à croire. Mais pour cela, un bon ménage s’impose. Il n’a rien d’un justicier, et sait que ces chasseurs qui s’intéressent à lui ne cherchent qu’à employer sa colère à bon escient. Mais cette fois-ci, il n’est pas qu’une marionnette : c’est lui qui tire les ficelles à présent. Et les règles du jeu ont changé.


Dernière édition par Jehro Burtham le Dim 1 Juin 2014 - 0:44, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lorcan Wolstenholme
Lorcan Wolstenholme

ADMIN - master of evolution
MESSAGES : 7339
SUR TH DEPUIS : 25/04/2014
MessageSujet: Re: death will not be the end of your suffering   death will not be the end of your suffering Icon_minitimeSam 26 Avr 2014 - 22:53

Gosh, un hunter avec Ryan Gosling death will not be the end of your suffering 2636227509 death will not be the end of your suffering 2497508888 Supers choix ! death will not be the end of your suffering 3589615265 
Bienvenue parmi nous, et bon courage pour ta fiche death will not be the end of your suffering 243543726 
N'hésite pas si tu as des questions ! death will not be the end of your suffering 222075304 

_________________

you matter to me

All of this time I've been keeping my mind on the running away And for the first time I think I'd consider the stay. Because you matter to me, Simple and plain and not much to ask from somebody, You matter to me.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: death will not be the end of your suffering   death will not be the end of your suffering Icon_minitimeSam 26 Avr 2014 - 22:58

ET DYLAN  death will not be the end of your suffering 4051910872  et ce pouvoir de malade!
Merci pour l'accueil, en cas de question je n'hésite pas!
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: death will not be the end of your suffering   death will not be the end of your suffering Icon_minitimeSam 26 Avr 2014 - 23:03

RYAN + LE PSEUDO.  death will not be the end of your suffering 2497508888 death will not be the end of your suffering 2636227509 
Bienvenue.  I love you I love you 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: death will not be the end of your suffering   death will not be the end of your suffering Icon_minitimeSam 26 Avr 2014 - 23:29

merci I love you Cyrus c'est pas mal non plus je dois dire death will not be the end of your suffering 2497508888 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: death will not be the end of your suffering   death will not be the end of your suffering Icon_minitimeDim 27 Avr 2014 - 10:38

GOSH, Ryan en hunter sexy, tu veux ma mort ?  death will not be the end of your suffering 2636227509 death will not be the end of your suffering 4051910872 
Bienvenue ici beau blond, garde moi un lien bien au chaud death will not be the end of your suffering 4170729518
Revenir en haut Aller en bas
Faith Cunningham
Faith Cunningham

MEMBER - join the evolution.
MESSAGES : 17672
SUR TH DEPUIS : 26/04/2014
MessageSujet: Re: death will not be the end of your suffering   death will not be the end of your suffering Icon_minitimeDim 27 Avr 2014 - 10:41

Gosling ! Cela fait tellement longtemps que je l'avais pas croisé sur un rpg death will not be the end of your suffering 243543726 Bienvenue death will not be the end of your suffering 243543726

_________________
La nuit
 Elle s'est levée, et nous demandions à mourir.
Le jour
 Il s'est levé, et nous réclamions de vivre.  

death will not be the end of your suffering K83y
Revenir en haut Aller en bas
Calista Wolstenholme
Calista Wolstenholme

ADMIN - master of evolution
MESSAGES : 14639
SUR TH DEPUIS : 26/04/2014
MessageSujet: Re: death will not be the end of your suffering   death will not be the end of your suffering Icon_minitimeDim 27 Avr 2014 - 13:00

Bienvenue, bonne chance pour ta fiche  death will not be the end of your suffering 2346529578 

_________________
love is the light scaring darkness away.
I'll protect you from the hooded claw, Keep the vampires from your door. When the chips are down I'll be around With my undying death defying love for you. Envy will hurt itself, Let yourself be beautiful Sparkling light, flowers and pearls and pretty girls. Love is like an energy Rushing in, rushing inside of me. The power of love A force from above Cleaning my soul.

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: death will not be the end of your suffering   death will not be the end of your suffering Icon_minitimeDim 27 Avr 2014 - 19:00

Merci à tous !
Avec plaisir pour le lien Andreas !
Revenir en haut Aller en bas
Thaddeus Lancaster
Thaddeus Lancaster

ADMIN - master of evolution
MESSAGES : 839
SUR TH DEPUIS : 15/04/2013
MessageSujet: Re: death will not be the end of your suffering   death will not be the end of your suffering Icon_minitimeDim 27 Avr 2014 - 21:39

Je te valide avec grand plaisir, comme je te l'ai dis je suis vraiment fan du personnage death will not be the end of your suffering 2423618996 Bienvenue chez les fous death will not be the end of your suffering 4170729518

félicitation jeune mutant
te voila validé !
Te voilà validé, félicitation death will not be the end of your suffering 4170729518 Avant de commencer à jouer, n'oublie pas d'aller faire un tour dans la partie administrative si ce n'est pas déjà fait pour prendre connaissance du contexte, des annexes mais aussi et surtout de l'intrigue en cours sur le forum. Tu peux dès à présent commencer à rp, mais pense également à créer une fiche de liens pour que ton personnage ne se retrouve pas tout seul. Une envie de relation particulière ? N'hésite pas à poster un scénario ou même dans la partie banque de personnage si tu préfères poster des créer des mini-pvs  death will not be the end of your suffering 2765873474  N'oublie pas de faire un tour dans le flood et de passer par les jeux pour se détendre entre deux rp, sans oublier de voter pour le forum toutes les deux heures  death will not be the end of your suffering 3143938459
     Encore une fois bienvenue sur TH, et bon jeu parmi nous  I love you

Revenir en haut Aller en bas
http://www.thehuntedrpg.com
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: death will not be the end of your suffering   death will not be the end of your suffering Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

death will not be the end of your suffering

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE HUNTED :: passer le temps :: version deux :: présentations refusées-
Sauter vers: