AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  tumblr  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (event) panic station ft. marloes & jacob.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité
MessageSujet: (event) panic station ft. marloes & jacob.   (event) panic station ft. marloes & jacob. Icon_minitimeLun 2 Juin 2014 - 0:20

panic station
lykke & marloes & jacob

La rousse venait de sortir de l'appartement de Beatrix. Seule. Errante. Rentrant tel un automate prédisposé à la tâche. La brune lui avait pourtant dit de rester chez elle, de ne pas sortir avant que les choses s'apaisent. Mais y demeurer l'inquiétait d'autant plus. L'air en devenait irrespirable. Lykke soupira puis s'engouffra dans une ruelle annexe, simple raccourci destiné à la faire échoir chez elle au plus vite. A éviter les conflits qui débuteraient sous peu, aussi. Écouteurs dans les oreilles, la jeune femme s'imprégnait de la symphonie tout en s'adonnant à quelques pas de danse. Zigzaguant dangereusement entre poubelles et cartons, l'activité eut au moins le mérite de lui prodiguer quelques secondes d'un oubli salvateur. Ses mèches rousses virevoltaient au gré du vent. La nuit était fraîche et ne faisait malheureusement que commencer. L'odeur rouille du sang se répandrait bientôt dans l'atmosphère, tel un virus intrinsèque, un fléau dévastateur.

Ses pas s'arrêtèrent et son regard se mit à fixer le ciel. Les étoiles surplombaient la ville. Contraste parfait entre leur beauté et les angoisses intérieures de la rousse. Malgré tout, elle ne put réprimer le sourire candide qui lui brûlait les lèvres. C'était dans ses habitudes. Se contenter des petites choses de la vie et les regarder comme si elles représentaient la septième merveille du monde. Ça apaisait sa conscience. Son âme. Ou du moins, ça en donnait l'impression.

Explosion sonore. Des coups de feu déchirèrent soudainement le ciel. Elle retira ses écouteurs, plus alerte que jamais. Ça commençait. Un énième flash de Bea à moitié mourante lui traversa l'esprit. Secouant la tête pour s'en débarrasser, Lykke revint bien vite à la réalité. Il fallait bouger. Se mettre à l'abri de cette salve destructrice. Elle reprit sa marche. Plus affolée. Plus inquiète. Plus pressée. Elle ne souhaitait pas faire face aux atrocités que berceraient cette soirée. Pas maintenant. Pas aujourd'hui. Ce n'était pas son combat. Elle se sentait égoïste. Mais que pouvait-elle y faire ? Elle, simple humaine qu'elle demeurait.

Le bout du tunnel. La lumière des lampadaires se faisaient plus présente au fur et à mesure qu'elle gagnait le bout de la minuscule allée. Les cris retentissants amorçaient la suite des évènements. Toujours mobile, Lykke accéléra un peu plus le pas, s'arrêtant progressivement à l'embouchure. La lumière des réverbères l'éblouissaient subitement trop. Ses pupilles dilatées, les mains sur son abdomen, son chemisier blanc commençait à s'imbiber d'un liquide écarlate. Elle ne comprenait pas bien ce qui se passait. Ses genoux percutèrent le sol en premier, puis, au rythme des silhouettes fuyantes, le reste de son corps suivit inexorablement, tel un pantin désarticulé envoyé à la casse. Ses lèvres tremblaient, des sueurs glaciales roulaient sur son visage. Pris de spasmes, son corps s'enlisait dans un froid aussi agréable qu'effroyable. Et toujours ces foutues lumières qui irradiaient à lui en griller la rétine.


Dernière édition par Lykke Holgersen le Lun 2 Juin 2014 - 14:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: (event) panic station ft. marloes & jacob.   (event) panic station ft. marloes & jacob. Icon_minitimeLun 2 Juin 2014 - 1:09


Panic ~ Station
Cette peur, ce frisson, comme le bal avant un massacre.


C'est dans l'air depuis un moment. Comme un dôme étouffant qui recouvrait le ciel de la ville, comme des forteresses infranchissables autour d'eux, comme un couteau sous leur gorge... Tout le monde pouvait le sentir, sans exception. Cette peur, ce frisson, comme le bal avant un massacre.
Jacob ne réalise pas à quel point ça pouvait être vrai, mon Dieu.
Jehro lui avait parlé à demi-mot, en venant le chercher à son travail dans son taxi, probablement déjà rempli d'armes. Il n'avait rien dit de bien clair. Juste des mots éparpillés entre eux et ce regard perçant qui lui disait : Je sais, Petit Frère. Je sais. Mais pour une fois, ne fais pas ta tête de mule et écoute moi.
Bien-sûr que Jehro sait ce qui se prépare... et il veut protéger son frère. Parce qu'il sait que ce soir, la nuit sera pleine de dangers... Il n'imagine juste pas à quel point son petit-frère peut l'être.

Jacob aurait peut-être dû l'écouter finalement. Il aurait peut-être dû rester chez lui, les portes et les fenêtres fermées. Comme pour cacher les horreurs qui allaient se passer, juste devant chez lui peut-être. Mais il na pas pu s'y résoudre. Parce qu'il a juste l'impression d'être un lion en cage. D'être un condamné à mort, dans son dernier couloir... Pourtant, il sait qu'il y a peu de chances qu'il soit réellement en danger, et que des hunters débarquent chez lui, là, maintenant, ce soir. Mais si c'était le cas. Et si deux hunters se préparaient en ce moment à donner l'assaut dans son pauvre appartement ? Et si Jehro et Colt...
Non, il ne peut pas rester ici. Il ne peut pas attendre la mort comme ça. Si des hunters se préparent à venir l'exécuter... et bien c'est lui qui ira à leur rencontre. Et si ce n'est pas le cas , il n'aura plus qu'à prier pour arriver chez lui sain et sauf.
Led le regarde avec de grand yeux. Ne fais pas le con, Jacob.

« Inutile que je te demande de rester, hein, mon Pote ? »

Le chien est déjà devant lui, dans la cage d'escalier. Ça y est, ils ne peuvent plus faire demi-tour.

Les rues sont encore plus sombres qu'il ne l'aurait pensé. Et Jake avance dans ce qui semble être l'enfer sur terre. Tout est désert autour de lui. Pendant longtemps. Très longtemps. Personne ne sort, les fenêtres se ferment sous son passage. Il entend presque les gens se dirent : Pauvre garçon. Où va-t-il comme ça ? Au centre-ville. Parce que c'est là que tout se joue, ce soir, non ?

Le dôme éclate sans même qu'il ne s'en rende compte. Les balles fusent dans l'air, si proche et pourtant si loin, en même. Il peut presque entendre les corps tombés au sol sans vie, le sang giclé... Et Led grogne autour de lui, comme enragé. Tu es vraiment trop con.

Jacob se laisse glisser contre le mur d'une ruelle, quand les bruits deviennent trop intense. La lumière... la lumière brille autour de lui. Et il ne peut rien y faire.

Puis un éclair roux éclate à ses côtés. L'odeur du sang emplit ses narines...

Et la premier lampadaire au dessus de lui se brise. Juste comme ça.



Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: (event) panic station ft. marloes & jacob.   (event) panic station ft. marloes & jacob. Icon_minitimeLun 2 Juin 2014 - 8:33

Marloes était dans une de ses périodes où rien ne semblait vraiment compter, ruminant le passé et ses souvenirs, elle semblait presque dévastée, même si jamais elle ne l’avouerait. C’est dingue à quel point Zahria lui manquait, à quel point elle se sentait seule aux USA. Mais ce n’est pas pour autant qu’elle se précipitait pour se faire de nouvelles relations, trop peur de les perdre peut-être. A moins que ce soit plutôt le fait de savoir qu’au bout d’un moment, elle ne les supporterait plus, qu’elle les lâcherait en route avec quelques mots assassins avant de repartir seule. Dans son appartement, la gamine étouffait littéralement, à force de marcher en rond, Marloes était prête à tout envoyer valser. Vers dix-neuf heures, la porte claqua et elle se mit à marcher dehors, sans but, le regard suivant les imperfections du béton d’un œil hagard. La nuit commençait doucement à venir, amenant avec elle une fraicheur qui se teintait d’un bouillonnement, comme si un orage allait éclater bientôt. Atmosphère pesante qui la prenait à la gorge et semblait l’empêcher de penser correctement, tant mieux. Alors, elle travailla sur sa respiration, sur chaque battement de son cœur malade qui semblait avoir du mal par un temps pareil. Au moins, durant ces moment-là, elle ne pensait plus à sa petite vie misérable ou à sa lâcheté.

Et puis, au détour d’une rue, Marloes avait entendu les coups de feu. Tellement de bruit et de cris. Instinctivement sa main droite se porta à son cran d’arrêt qu’elle avait toujours sur elle. Cela ne semblait pas prêt à s’arrêter. La curiosité maladive l’emporta sur la prudence, la voilà qui cherchait l’origine des bruits, rasant les murs, un couteau prêt à déverser un joli liquide rouge sur le béton gris. Et puis au détour d’une rue, elle les avait vus. Tous, avec leurs masques et leurs flingues. Ils passaient devant elle, lui jetant un regard discret avant de continuer leur route. Elle ne les intéressait pas. Pourtant, un gamin à 100m devant elle, fit les frais de ce massacre. Deux balles dans le ventre et une dans la tête. Elle ne comprenait pas, pas encore. Tout ce qu’elle savait, c’est qu’elle n’était pas visée.

C’est à ce moment que Marloes prit la décision la plus sage de toute sa vie, rentrer chez elle. Elle commençait à rebrousser chemin lorsqu’elle entendit le bruit du verre qui éclate. Puis un second. Une minuscule allée était trop éclairée pour que ce soit normal. C’est sous cette lumière éclatante que Marloes vit une silhouette allongée à terre. Trop de souvenirs lui revinrent d’une même ruelle quelques années auparavant pour qu’elle décide de rester ainsi, sans aider. Elle savait que si elle ne faisait rien, les remords viendrait probablement la hanter une seconde fois jusqu’à la fin de sa vie. Des fantômes, gracias, mais elle en a assez.

Il ne lui fallut pas longtemps pour voir la jeune rousse allongée par terre, une tache rouge au niveau de l’abdomen. Bordel de merde. Et puis le gamin, bien qu’il devait avoir le même âge qu’elle, qui semblait juste tétanisé par la situation. Bordel de merde. Alors Marloes, enleva son pull et essaya de faire tampon sur la blessure bien qu’elle savait que cela ne suffirait jamais, mais dans un premier temps c’était pas trop mal. Son regard bleu se figea sur les lampadaires dont l’intensité était trop importante pour être vrai, le gamin. Une main sur l’abdomen, Marloes laissa son regard glisser vers lui, essayant de prendre une voix rassurée, même si l’adrénaline faisait sursauter sa voix quelques fois.

« Et ho, tu m’écoutes ? Calme-toi. Sérieux, si tu continues avec tes lupiotes, on va tous se faire cramer. Et je crois qu’ils cherchent les gens comme toi. Alors il va falloir que tu te calmes, vite. »

Douceur et délicatesse. Merci Marloes. Les gens comme toi, les mutants. Cela pouvait expliquer pourquoi ils visaient certaines personnes, pourquoi également il devait se calmer avant que les autres n’arrivent.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: (event) panic station ft. marloes & jacob.   (event) panic station ft. marloes & jacob. Icon_minitimeLun 2 Juin 2014 - 15:54

panic station
lykke & marloes & jacob

Ses yeux flânaient paresseusement d'une chose à une autre. Elle sentait ses paupières lourdes et ses cils battre avec difficulté. Elle avait chaud. Froid. Chaud et froid en même temps. Les alentours étaient baignés d'une lumière éclatante. Et pourtant, elle sentait l'obscurité guetter. Sa chute venait de la sonner. Mais tout lui paraissait d'une extra-lucidité sans pareille. Ça l'apaisait, d'une certaine façon.

Un sourire idiot s’immisça sur ses lèvres tremblantes. Puis elle commença à rire. A rire à grands éclats, comme si sa vie en dépendait. Des larmes vinrent rouler sur ses joues salies. Les sentiments, les sensations, les perceptions... Tout s'entremêlait, s'enchevêtrait, s'imbriquait telles des pièces de puzzles mouvantes. Informes. Ses yeux rivés vers un point invisible du ciel, perdu au milieu des éblouissantes loupiotes... Loupiotes ? Loupiotes. Le mot fit drôlement écho dans sa tête. « Tu es... Comment dire ? » Divagua-t-elle entre deux soubresauts, sa main partiellement écarlate désormais tendue vers les lumières. « Je ne sais pas. Belle ? » Son ton était devenu plus rauque. Plus puissant. Son accent danois perçait d'avantage. Elle se mit à rire de plus belle. A pleurer de plus belle. « Nooon ! C'est trop peu flatteur ! » Cette fois-ci, sa petite voix fluette et enfantine retentit. « En fait... » Lança-t-elle en faisant tourner sa main autour de la lueur qui surplombait son corps meurtri. « Il y a tellement de soleil dans tes yeux... Que... » Ses paroles chancelaient. Sa voix se brisait. Mais un sourire trônait toujours sur ses lèvres. « Que... je bronze quand tu me regardes ! Oui. C'est... C'est ça ! Il y a tellement de soleil dans tes yeux que je bronze quand tu me regardes ! » La rousse repartit dans un fou rire, mélange de larmes salées et d'une jovialité presque sordide.

Éventuellement, elle commença à manquer de souffle. Elle se mit à tousser frénétiquement. Une fois. Deux. Trois. Elle plaça sa main devant sa bouche avant que cette dernière ne quête à nouveau la lumière. Du sang. Du sang en gouttait. Du sang. Son sang. Ses yeux s'ouvrirent à leur paroxysme. Elle mourrait. Mourrait-elle ?

La réalité paraissait subitement reprendre ses droits. Le décor se dessina sous ses pupilles dilatées. Paniquée, alerte, ses sens lui explosaient à la figure. Sa tête passait d'un individu à l'autre. Sur ce garçon, apeuré. Sur cette fille, semblant faire pression sur sa blessure. Elle haletait avec difficulté. Trop rapidement. Bien trop rapidement. Elle ne voulait pas mourir. La rousse s'agrippa à cette inconnue de sa main entachée de sang. A cette inconnue qui tentait de la sauver. S'y agrippait comme à une bouée de sauvetage. Son dernier espoir ? L'espoir. Lui en restait-il ? Son regard jonglait toujours entre la bonne samaritaine et le jeune garçon à quelques pas de là, qui la fixait avec cette pointe d'horreur dans le regard. « N... Ne me laissez pas. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: (event) panic station ft. marloes & jacob.   (event) panic station ft. marloes & jacob. Icon_minitimeLun 2 Juin 2014 - 22:07


Panic ~ Station
Cette peur, ce frisson, comme le bal avant un massacre.


Tout ça n'était qu'un putain de rêve, n'est-ce-pas ? Mais oui, évidemment. Il allait se réveiller dans son lit, Led à ses pieds, allait stresser un bon moment puis rire de sa connerie. Parce que tout ça n'était qu'un putain de rêve de merde ? Il ne pouvait pas s'être fait démasquer aussi vite et... Maintenant.
La situation ne pouvait pas être pire, bordel de merde.

Bing... Grésillement... Bing Bing...
Plusieurs lampadaires explosent dans l'air.
Et l'autre rousse continue de délirer, alors que la seule chose qui raisonne dans l'esprit de Jake, ce sont les paroles de cette femme qui vient d'arriver de nul part «  je crois qu’ils cherchent les gens comme toi  »
Il devrait s'en aller.. Genre vraiment. Et maintenant. Il devrait prendre ses jambes à son coup tout de suite et ne pas se retourner.
Led fonce délibérément contre sa jambe. Réveille-toi, mon Pote ! Maintenant.

Les lumières grésillent, vascillent.
Il doit se calmer. Maintenant. Parce qu'elle a raison, cette fille. C'est lui qu'il cherche. Du moins des personnes comme lui. Et il sait qu'au moindre doute, il le descendrait tout de suite. Parce qu'ils n'ont aucun scrupule, aucune pitié. Alors ouais, Jacob doit se calmer putain...

Bing... Grésillement...Bing Bing..
Et l'autre rousse qui était en train de se vider de son sang.
Pouvait-il réellement s'en fuir et les laisser là ?
Il jette un regard vers Led, qui le regard hagard, surveille les deux entrées de la ruelle, maintenant plus sombre. A qui a faute ?

Il doit se calmer. Mon Dieu, il doit se calmer. Il prend de grandes respirations, alors que quelque part dans la ville, des cris retentissent sous les coup de feu impitoyables des hunters. De Jehro. Et de Colt.
Non. Ce n'est vraiment pas le moment de perdre le contrôle.

« Led. Va coucher là-bas. Va surveiller, va ! »

Le chien jappe et obéit. Il part en courant vers l'entrer de la ruelle, se couche et surveille les alentours, alors que Jacob se rapproche rapidement des deux femmes, en face de lui.
La rousse a déjà perdu beaucoup de sang. Ce n'est pas beau à voir. Et maintenant qu'elle a visiblement arrêter de délirer, elle s’agrippe à la jeune femme brune fermement. « Ne... me laissez pas. » qu'elle chuchote.

Elle allait leur clamser entre les mains. Et ce serait la merde. Parce que la police allait faire une enquête... et ce n'est pas le moment pour les gens comme Jacob d'être mêler à ça.

« Il faut comprimer la plaie » dit-il soudain. « Il faut comprimer la plaie sinon, elle va se vider de son sang... »

C'est une réalité.
La jeune femme brune le regarde, comme si il avait l'air de plaisanter. Mais ce n'est pas le cas, il ne plaisante. Si ils ne faisaient rien, cette femme allait mourir dans leur bras.

« Et si elle crève, on fait quoi ? »

Jacob soupire, alors que les lumières grésillent encore derrière lui. Puis il regarde ses mains ouvertes, puis le femme brune, puis la rousse.
Et d'une petite voix, il dit ;
« J'aurais de quoi la réanimer... »



Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: (event) panic station ft. marloes & jacob.   (event) panic station ft. marloes & jacob. Icon_minitimeMar 3 Juin 2014 - 0:41

« Tu es... Comment dire ? Je ne sais pas. Belle ? Nooon ! C'est trop peu flatteur ! En fait... Il y a tellement de soleil dans tes yeux... Que... Que... je bronze quand tu me regardes ! Oui. C'est... C'est ça ! Il y a tellement de soleil dans tes yeux que je bronze quand tu me regardes. »

Marloes hausse un sourcil. Elle ne sait pas si la rousse, certes jolie (haha), se foutait littéralement d’elle ou alors cette dernière délirait sous la douleur. La canadienne pencha pour la deuxième et préférait de toute manière ne pas prendre en compte ses divagations. Etrangement, son palpitant ne semblait pas faire des siennes alors que l’adrénaline emplissait chacun de ses pores comme une drogue, dont Marloes en avait même oublié le gout délicieux. Le cran d’arrêt était par terre à côté d’elle, alors que ses mains rougissaient minute après minute et que son pull sombrait peu à peu.

« Oui, tu es mignonne, allez, reste tranquille ma belle et promis après je te rappellerais que tu m’as dragué outrageusement. »

Sa respiration s’étiole peu à peu alors que les pupilles de Marloes fixant le visage de la jeune femme, essayant tant bien que mal de lui inspirer le peu de calme qu’elle avait. Pourtant à chaque coup de feu, son reste de sérénité s’envolait littéralement bien que sa conscience lui disait bien de ne pas céder à la panique. Elle tentait de ne pas quitter son regard qui peu à peu s’affolait, ses pupilles semblaient divaguer sans but entre leurs deux visages.

« N... Ne me laissez pas.».

Ça sonnait juste comme un cri. Comme une alarme. Bordel de merde. La laisser ainsi c’était peut-être signer son arrêt de mort. Cependant, il est hors de question de le dire à voix haute si ce n’est pour effrayer la blessée. Et lorsque l’on se vide de son sang, faut éviter quant même de stresser à tout bout de champs.

« T’inquiète pas darling, si tu crèves, ce sera pas ce soir. Pas vrai toi ? »

Elle se tourne vers le gamin. Comme si elle cherchait un peu de soutien, même si apparemment il semblait complètement à l’ouest, avec un regard un peu hagard et des gestes tremblants. Marloes lui fait glisser son cran d’arrêt, acquiesçant de la tête comme pour lui dire qu’il pouvait le prendre. Après tout, c’était lui qui avait le plus de risques à courir, c’était lui le plus en danger.

« Il faut comprimer la plaie. Il faut comprimer la plaie sinon, elle va se vider de son sang... »

« Merci Sherlock. Tu crois que je fais quoi depuis tout à l’heure ? C’est pas que le rouge me va pas au teint, mais quand même. Et si elle crève, on fait quoi ? »

Hein, on fait quoi ? Marloes ne supporterait pas cela sur la confiance. Même si la canadienne faisait semblant de s’en ficher littéralement, c’était bien loin d’être le cas. Mais le cynisme était juste une manière de ne pas montrer qu’elle était stressée, qu’elle n’était pas sûre de ses actes, bien qu’il fallait qu’elle montre le contraire. Les lumières grésillent encore, elle sait que c’est lui qui fait ça, ses sentiments, ses émotions. « J'aurais de quoi la réanimer... ». Ses mains lâchent un instant la blessure, mais le liquide rougeâtre coule à nouveau, alors Marloes appuie de toutes ses forces pour ne pas laisser filer la seule personne qui a besoin d’elle en ce moment. Mis à part Piz. Mais Piz est un chien. Alors pour Piz, ça va.

« Du calme, on va pas lui faire quoi que ce soit, surtout que tu n’as pas l’air d’être très à même de contrôler tout ça. Faut pas déconner, ce serait con. Très con. Il faut surtout trouver un moyen de l’emmener voir un médecin ou l’hôpital. Il est où ce ptain d’hopital ? Faut qu’on trouve un moyen de bouger rapidement sinon, on est finis. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: (event) panic station ft. marloes & jacob.   (event) panic station ft. marloes & jacob. Icon_minitimeMar 3 Juin 2014 - 3:41

panic station
lykke & marloes & jacob

Elle ne voulait pas mourir. Pas aujourd'hui. Pas demain. Ni le surlendemain, si possible. Elle avait encore tant de choses à vivre. A faire. A dire. Beatrix lui apparut soudain à l'esprit. Un faible sourire traversa ses lèvres ensanglantées. Sa main fatiguée lâcha prise. Mais son sourire s'étira d'avantage à la remarque de la brune. L'illustre inconnue qui faisait pression sur sa plaie. Elle espérait que les forces supérieures de ce monde lui donneraient raison. Son corps tremblait légèrement. Elle avait froid. Plus froid que chaud, désormais. C'était mauvais. C'était mauvais ?

Lykke se sentait mieux. Étrangement apaisée. Pourtant, la douleur était belle et bien présente. Mais elle était comme passée au second plan. Les silhouettes, les voix, tout lui paraissait lointain. Aseptisé. Blanc. Ses yeux patrouillaient le vide d'un air mi-inquiet mi-béat. La revoilà. Cette lumière. Cette magnifique lueur. La chaleur la gagnait encore. Elle fut prise de spasmes. D'un nouveau fou rire. Les sillons humides qui traversaient ses joues continuaient également leur chemin. Des formes à peu près humaines apparaissaient en flash lugubres et inquiétants. Mais l'une d'elle finit par se stabiliser, prédominant les autres et l'écrasant de toute sa clarté. « Mon dieu... » Sa voix était plus tremblante qu'auparavant. Elle se mit à enchainer avec un flot de compliments en danois, alternant avec quelques bribes anglaises. « Ton père... » Recommença-t-elle à bafouiller de son ton d'agonisante heureuse. « Ton père c'est un terroriste... » Malgré toute sa bonne volonté, son souffle court commençait à rendre les paroles difficiles. « Tu sais pourquoi ? » S'obstina-t-elle quand même avant de reprendre une gorgée d'air. « Parce que toi t'es une bombe ! » Oui, elle avait dû lire ça dans un paquet de friandises. La rousse se mit à rire à grands éclats face à ce qu'elle aurait souhaité être un compliment. Elle avait l'air complètement bourrée. L'expression ivre morte semblait prendre tout son sens.

Une grande respiration et une quinte de toux la renvoyèrent néanmoins dans cette réalité. La réalité. Froide. Inquiétante. De nouvelles sueurs froides vinrent glisser le long de ses tempes. Son cœur commençait à avoir du mal à alterner. Elle déploya toute la concentration qui lui restait pour capter les mots "réanimer", "contrôle", "con", "hôpital". Elle avait déjà du mal avec les lampadaires clignotants, alors avec des phrases entières... Autant dire que c'était plutôt mal parti. Mais l'option hôpital lui paraissait être une sage décision étant donné les circonstances. La rousse se demandait juste si elle allait y arriver à temps. Ils ne pouvaient pas retirer la balle ici, encore moins cautériser la plaie. Alors Lykke supposait qu'il ne lui restait plus qu'à prier. Elle qui n'avait pourtant jamais été très croyante. Ironique, non ? « Si... » Elle fut interrompue par un toussotement. « Si... Je meurs... » Ce n'était plus qu'un souffle. Un chuchotement presque inaudible. Et puis, si elle mourrait, eh bien quoi ? Savait-elle seulement ce qu'elle désirait ? Non. Non. Elle en voulait pas mourir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: (event) panic station ft. marloes & jacob.   (event) panic station ft. marloes & jacob. Icon_minitimeMar 3 Juin 2014 - 4:56


Panic ~ Station
Cette peur, ce frisson, comme le bal avant un massacre.


« Du calme, on va pas lui faire quoi que ce soit, surtout que tu n’as pas l’air d’être très à même de contrôler tout ça. Faut pas déconner, ce serait con. Très con. Il faut surtout trouver un moyen de l’emmener voir un médecin ou l’hôpital. Il est où ce ptain d’hopital ? Faut qu’on trouve un moyen de bouger rapidement sinon, on est finis. »

Jacob se fige. Ne pas s'énerver, ne pas se vexer, respirer calmement. Mais qu'est-ce-qu'elle en savait cette fille ? Juste parce qu'il avait fait exploser deux ou trois – six ? - lampadaires, il ne contrôlait pas sa mutation ? Il aurait bien voulu l'y voir, elle au sang froid imparables. Il aurait voulu la voir dans sa situation. En même temps, t'avais qu'à rester chez toi... Ce n'était pas faux.
Mais à quel point paraissait-il faible, bon sang ? Pourquoi tout le monde pensait qu'il était de la chair à pâtée et une simple proie facile pour tout hunter ? Ce n'est pas juste... et pas le cas. Car après tout, ce n'est pas comme s'il était parcouru d'un champ électrique assez puissant pour tuer un cheval... ou un hippopotame. Alors ouais, peut-être qu'il semblait apeuré, un peu dépassé, peut-être qu'il avait détruit 6 lampadaires parce qu'il avait perdu le contrôle... Mais ça ne voulait pas dire qu'il ne l'avait pas ce putain de contrôle...
Il regarde l'arme, que la brune lui tend avec un regard qui lui dit . Tu en as plus besoin que moi. C'est évident et Jacob pourrait presque être touché par le geste. Mais encore une fois, ce n'est pas parce qu'il a l'air d'en avoir besoin qu'il en réellement besoin..
Mais est-ce-que ça servait réellement à quelque chose de ruminer comme ça ? Ce n'est pas comme s'il y avait une femme en train de mourir en face d'eux.

Elle diverge, se perd rapidement. Avant de repartir dans un fou rire. La brune prétend qu'elle la drague. Jacob trouve ça plutôt mignon. Beaucoup plus mignon que son pull maintenant totalement rouge sang, en tout cas.  

« Mon Dieu, ton père... Ton père c'est un terroriste. Tu sais pourquoi ? Parce que toi tu es une bombe. »

Euh d'accord.
La brune lâche un rire, mais malgré son apparence froide et maîtrisée , Jake voit bien qu'elle est aussi stressée que lui, qu'elle est consciente que la situation leur échappe complètement.

Puis soudain, la rousse est à bout de force. Elle bafouille... ses yeux se révulsent et sa vois s'éteint juste comme ça. Et Jacob ne réfléchit pas.

« L’hôpital ?! Est-ce-que t'es sérieuse, putain ? » s'exclame-t-il en s'adressant à la jeune femme brune. « Tu crois qu'on a vraiment le temps de traîner nos trois culs à ce putain d’hôpital. C'est pas comme si la ville était rempli de hunters, prêts à tirer sur tout ce qui bouge. Et qu'est-ce-qu'ils vont faire quand ils vont nous voir dans cet état ? Ils vont nous appeler un taxi ? Et bordel de merde, c'est pas comme si on avait réellement le temps et qu'elle était pas en train de crever. » Les lumières se remettent à briller fort au dessus d'eux, mais Jacob s'en fout cette fois. Tant pis c'est quitte ou double, maintenant. « Rien à foutre de ce qui t'en penses. »

Ses mains chauffent, les lumières grésillent, LED arrive en courant, mais c'est trop tard. Déjà, le corps de la jeune femme rousse s'arquent sous le contact des mains de Jacob sur sa poitrine.

Juste de quoi la remettre en selle, je vous en prie. Juste de quoi la remettre en selle...

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: (event) panic station ft. marloes & jacob.   (event) panic station ft. marloes & jacob. Icon_minitimeMar 3 Juin 2014 - 22:10


Sa main toucha le bras de la rousse, il était froid. Bordel. Il fallait respirer, laisser l’adrénaline s’insinuer dans tout son être, sans pour autant prendre des décisions trop hâtives. Elle passa une main dans ses cheveux afin de dégager son visage où déjà quelques gouttes de sueurs perlaient. Plusieurs traces de sang marquèrent son visage au passage ce qui ressortait sur sa peau blanche laiteuse. Ainsi, Marloes paraissait presque malade. Elle se mordit les lèvres avant d’inspirer une nouvelle fois, ne rien laisser paraitre, surtout pas à celle qui était à terre en train de crever, celle qui délire doucement, encore et encore « Mon dieu... Ton père... Ton père c'est un terroriste... Tu sais pourquoi ? Parce que toi t'es une bombe ! ». Elle hausse un sourcil, sourirait presque comme pour lui donner raison, juste pour qu’elle ne pense pas à ce trou béant dans son ventre, juste pour qu’elle se calme. Un sourire crispé s’anime quelques secondes avant de disparaitre, avant de laisser son visage presque impassible, surtout froid réapparaitre. « J’espère que sérieusement tu dragues mieux. Je te laisserai une autre chance promis. ».

Et puis, elle sent que ses mains ne peuvent plus retenir le sang qui coule de toute part. La situation lui échappe littéralement, mais Marloes est trop bornée pour dire quoi que ce soit. « Si... Si... Je meurs... ». Non elle ne mourrait pas. Hors de question. « La ferme ». La canadienne avait dit cela d’une voix douce bien que teintée d’une pointe de colère, comme si elle lui interdisait de dire quoi que ce soit.

Et puis il y avait comme une explosion. Celui qui se taisait, celui qui était en retrait, celui-là même il avait explosé. Comme jamais. Marloes en avait presque sursauté. « L’hôpital ?! Est-ce-que t'es sérieuse, putain ? Tu crois qu'on a vraiment le temps de traîner nos trois culs à ce putain d’hôpital. C'est pas comme si la ville était rempli de hunters, prêts à tirer sur tout ce qui bouge. Et qu'est-ce-qu'ils vont faire quand ils vont nous voir dans cet état ? Ils vont nous appeler un taxi ? Et bordel de merde, c'est pas comme si on avait réellement le temps et qu'elle était pas en train de crever. Rien à foutre de ce qui t'en penses. »

Marloes n’avait pas eu le temps de dire quoi que ce soit. Ni de faire quoi que ce soit. L’électricité parcoura son corps en même temps que la femme rousse à terre, même si la décharge la projeta contre le mur. Pendant quelques minutes, son esprit semblait se perdre dans les limbes alors qu’elle sentait que sous le coup, sa tête s’était cognée contre le mur. Les lumières dansèrent devant ses pupilles durant quelques instants. « Putain, t’es vraiment qu’un petit con. Tu as fini de faire joujou ? ». Son cœur s’emballe durant quelques secondes sous la secousse et alors que ses mains glissent contre le béton, essayant de prendre appui. Doucement, elle reprend appui sur ses faibles jambes, tente de faire un pas vers la rousse avant de tomber sur ses genoux. Alors Marloes se traine jusqu’au corps de la rousse. Ses deux mains glacées et pleines de sang prennent son visage « Et ho, tu m’entends ? Putain je te préviens, que si jamais elle ne se réveille pas … ». Sa voix se faisait dure et agressive, même si la décharge électrique l’avait pas mal déstabilisée et fragilisée. Et puis les deux pupilles qui s’ouvrent lentement, enfin. « On bouge. Restez ici c’est tout aussi dangereux, bordel. Oh et puis merde. Rien a foutre de ce que tu en penses ». Si on veut jouer au con avec elle, c’est mal parti. Alors elle commence à prendre le bras de l’inconnue, essayant de la relever. Bon certes, elle paraissait en meilleure forme que tout à l’heure. Mais plutôt crever par 10 balles d’un hunter que de dire la vérité.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: (event) panic station ft. marloes & jacob.   (event) panic station ft. marloes & jacob. Icon_minitimeMer 4 Juin 2014 - 0:44

panic station
lykke & marloes & jacob

Son regard vadrouillait sur un point invisible de l'horizon. Elle percevait vaguement la silhouette féminine penchée sur son corps endolori. Elle n'entendait quasiment plus rien. Des chuchotements lointains. Un souffle. Sans doute le sien. Le garçon de tout à l'heure sembla se rapprocher. Se courber à son tour. La situation devenait critique hein ? La rousse esquissa un faible sourire. Un éclat de tristesse filtrait sur son visage crispé.

Alors qu'elle entrevoyait presque matériellement sa vie quitter son enveloppe, un subit flot d'énergie vint parcourir chaque parcelle de son être. Comme... Comme un électrochoc ? A ce stade, elle n'était plus sûre de rien. Ses yeux et ses lèvres s'ouvrirent à leur paroxysme tandis que son corps s'arquait sous la tension et l'effet de ce flux inopiné. Aussi soudainement, ce dernier retomba, inerte. Tel un poids. Une enclume lancée en plein océan.

Le souffle un instant coupé, Lykke rouvrit faiblement les yeux. Tout lui paraissait étrangement... Plus clair. Le décor, les gens, les voix. Les voix. La brune avait raison. Ils devaient partir. Trouver ce fameux hôpital. Elle attrapa le bras de la rousse pour tenter de la relever. Le visage de la danoise se crispa de douleur, alors qu'elle faisait son maximum pour se remettre debout. Une main sur son abdomen et l'autre fermement agrippée à l'épaule de sa sauveuse, sa tête pivota en direction du garçon qui les accompagnait. Lui aussi semblait avoir été là depuis le début. Il avait joué sa part. Lykke serait sans doute déjà morte sans leur intervention commune. Elle ne savait pas exactement ce qu'ils avaient fait, mais ça lui avait donné un bon coup de jus. Enfin. "Bon". Tout était relatif. Elle titubait plus qu'elle ne marchait. Mais deux minutes plus tôt, personne n'aurait cru ça possible. Pas même elle. Plus qu'une chance, ils lui avaient redonné l'espoir. Pour ça, la rousse leur serait éternellement redevable. « Merci. » Dit-elle. Sa voix était encore un peu rauque. « Merci d'être restés. Merci pour ce que vous faites. » Un sourire illumina son visage avec difficulté. Lykke savait pertinemment que ce n'étaient que des mots. Qu'ils n'étaient pas encore tirés d'affaire. Loin de là. Mais elle ressentait le besoin de le dire à haute voix.

Tandis qu'ils tournaient à un carrefour, les yeux de la rousse tombèrent nez à nez avec une camionnette de livraison. Un des seuls véhicules qu'ils avaient rencontré jusqu'à maintenant. « Là. » Pointa-t-elle avec sa tête. Ses genoux, ses chevilles, ses jambes toutes entières lui faisaient un mal de chien. Sans compter sa plaie par balle. La douleur lui tiraillait l'abdomen avec une telle hargne qu'elle doutait pouvoir marcher encore bien longtemps. Elle n'avait jamais été le type de personnes à voler. D'ailleurs, éventuellement, la culpabilité finissait toujours par la faire craquer. Mais elle n'en pouvait plus. A bout de souffle et de force, ses jambes chancelèrent furieusement, comme pour dire tout haut ce qu'elle pensait tout bas. Et puis, ce n'était pas du vol. C'était un emprunt.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: (event) panic station ft. marloes & jacob.   (event) panic station ft. marloes & jacob. Icon_minitimeMer 4 Juin 2014 - 22:39


Panic ~Station
Ils étaient peut-être sortis d'affaires,après tout..



« Putain, t'es qu'un petit con, tu as fini de faire joujou ?  »

LED se colle contre son flanc et caresse son bras de son museau. Et Jacob sourit. Parce que peu importe ce que cette brune peut penser, il sait qu'il a bien fait, il sait qu'il vient de leur sauver la mise. La preuve, le jeune femme rousse ouvre ses yeux et il ne suffit que d'un seul regard, pour constater qu'elle va mieux. Enfin mieux... C'est un grand mot. Mais elle est capable de se lever, contrairement à il y a quelques minutes. Elle les remercie doucement et sourit doucement. Et pour la première fois, la mutation de Jacob lui a servi à quelque chose. Autre qu'échapper au coupure d’électricité. Il a fait quelque chose de bien. Quelque chose qui leur a probablement sauvé la vie. Alors il sourit à la jeune femme rousse en l'aidant à se relever. Elle prend appuie sur leur épaule et doucement, il avance dans la ruelle.

LED les devance comme pour vérifier que tout est sécurisé. Jacob lui fait confiance et tant que le chien n’aboie pas ou ne grogne pas, il sait qu'ils peuvent avancer.
Les rues du centre-ville sont désertes. C'est tellement inhabituel, tellement étrange. On se croirait en temps de guerre. Mais finalement, quand Jake réfléchissait à tout ça, c'était un peu ce qui se passait à Radcliff. Ils assistaient tous à une guerre. Civile. Sanglante. Dévastatrice.

La jeune femme rousse souffre. Jacob le sait, le sent. Même si, elle est capable d'avancer, Jacob sait que tout ces membres sont douloureux à cause de la charge électrique qu'il a envoyé dans son corps. Il s'en veut, un peu soudain. Alors il s'excuse, doucement.

« Je suis désolé. Vraiment. Mais je ne voyais pas d'autre solution. On pouvait pas rester dans cette ruelle. »

Ils avancent péniblement dans les rues et c'est la jeune femme rousse qui le voit en premier. Ce véhicule utilitaire. Le premier qu'ils croisent. Jacob jette un regard à la jeune femme brune. Elle a pris sa décision. Ils savent tout les deux qu'ils n'ont pas le choix. C'est leur seule chance de sortir d'ici et d'arriver à l'hôpital le plus rapidement possible.
Ils déposent la femme rousse contre le côté de la voiture. Et alors qu'elle ordonne à Jacob de surveiller les alentours, la brune fracasse la vitre de son coude et ouvre les portes. LED entre dans le véhicule, agilement et se place derrière alors que Jacob peine à faire entrer la rousse dans l'habitacle sans lui faire trop mal. Puis, alors que tout le monde est en place, il court vers l'avant de la voiture, ouvre le capot et pose sa main sur le moteur. L'appareil vibre, crache et démarre.

Oui, après tout, ils étaient peut-être sortis d'affaire.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: (event) panic station ft. marloes & jacob.   (event) panic station ft. marloes & jacob. Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

(event) panic station ft. marloes & jacob.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» (event) panic station ft. marloes & jacob.
» Anti-air frigates (Jacob van Heemskerck class)
» nos pommiers
» BAYONNE journée portes ouvertes de la base navale de l'Adour
» Les villas de Kernevel
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE HUNTED :: passer le temps :: version deux :: Rps :: rps abandonnés-
Sauter vers: