AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  tumblr  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 To save all we must risk all (loevenxzola)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité
MessageSujet: To save all we must risk all (loevenxzola)   To save all we must risk all (loevenxzola) Icon_minitimeSam 26 Juil 2014 - 0:30

I was in the darkness so darkness I became
loeven ∞ zola
Son sang boue. Elle le sent affluer à ses tempes à mesure qu'elle s'essouffle. Ses petits poumons ne sont vraiment pas fait pour la course, encore moins pour l'endurance. Mais elle persiste et regrette de ne pas avoir fait de sport depuis longtemps. Elle aurait dû suivre les conseils de son beau-père. "Sors un peu dehors au lieu de rester dans ta chambre" qu'il lui disait. Elle aurait dû être aussi sportive que sa soeur adoptive. Peut-être qu'alors, elle ne serait pas sur le point de mourir qui sait. Plus elle avançait, plus elle savait qu'elle s'approchait de sa fin. Chaque pas sonnait comme un glas. L'un plus lourd que l'autre, elle savait que d'ici quelques minutes, ses jambes lâcheraient sous l'épuisement. Et alors, à ce moment même, elle perdrait le seul droit qu'il lui restait aujourd'hui : celui de vivre.

Zola s'accrochait à la vie. Elle s'y accrochait comme à la dernière chose qu'elle possédait. Ce qui en réalité était le cas. De ses petits doigts blafards, elle s'y tenait et avançait malgré la douleur. Le vent frais venait lécher les plaies ouvertes de ses genoux et ses ongles s'enfonçaient dans celles de ses paumes à mesure qu'elle serrait les poings. La jeune fille était tombée à plusieurs reprises, mais cela ne l'avait pas empêché de se relever. Après tout, c'était ça ou... rien. Elle n'avait pas le choix. Elle ne l'avait plus. Les larmes avaient séché sur ses joues rosées par l'effort mais certaines persistaient encore de chaque côtés de ses yeux, lui floutant la vue. Elle voulait lâcher prise, laisser tomber. Elle finirait comme ses parents. C'était son destin, elle allait les rejoindre. Après seize ans d'absence. C'était sans compter la décision qu'elle venait de prendre. Zola tournait à gauche, dans une petite rue commerçante presque vide. La plus part des magasins étaient fermés, tous, sauf une pizzeria qui persistait à éclairer la rue de ses néons dorés.

Son coeur déjà affolé par l'effort manqua un battement. Sans même regarder si Il la suivait toujours, elle rassembla ses dernières forces pour sprinter vers la vitrine du petit commerce et, sans mesurer la hâte que transpiraient ses mouvements, elle ouvrit la porte brusquement. Si brusquement que le jeune homme derrière le comptoir sursauta. Essoufflée, à bout, c'est entre deux expirations bruyantes qu'elle réussit à traduire la détresse qui se lisait déjà sur son visage depuis son arrivée. "Aidez-moi s'il vous plait." réussit-elle à articuler avant de perdre l'équilibre. Cela faisait si longtemps qu'elle courrait qu'elle ne sentait plus ses jambes. Elle attrapa une table pendant sa chute ce qui arrêta net celle-ci. Ce n'était clairement pas le moment de perdre connaissance bien que l'afflux d'oxygène dont elle goutait à présent n'aidait pas. "Il" commença-t-elle hésitante. Et si cet inconnu était un de ces hunters ? Zola se reprise, elle n'avait pas le temps de divaguer. "On veut me tuer." balbutia-t-elle. Ses paroles semblaient surréalistes, jamais elle n'avait pensé prononcer ces mots un jour. Elle s'avança maladroitement, "S'il vous plait." plaida-t-elle enfin. L'adrénaline redescendait peu à peu, laissant place à la fulgurante douleur qui émanait de ses genoux et mains. Elle ne comptait plus les fois où elle était tombée, mais sa peau, elle, s'en souvenait.

Code by Silver Lungs


Dernière édition par Zola Peppermint le Mar 29 Juil 2014 - 21:45, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: To save all we must risk all (loevenxzola)   To save all we must risk all (loevenxzola) Icon_minitimeDim 27 Juil 2014 - 18:34

The stars, the moon, they have all been blown out
Zola & Loeven
Le patron n’était pas là aujourd’hui, autant dire que pendant un petit moment Loeven avait l’enseigne rien que pour lui, mais qu’il était également obligé de s’occuper de chacun des clients qui arrivait pour une pizza. Même si ce n’était pas réellement le métier du brun, il avait été initié à toutes les tâches de ce petit commerce. On ne savait jamais, si le propriétaire n’était pas là comme aujourd’hui, ou qu’il était malade c’était Loeven qui devait gérer la boutique comme il le pouvait. Ce n’était pas le job rêvé par le jeune homme mais ça payait les factures et sa collocation et ses repas ; en gros, ce job était sa survie dans cette ville de dingues. Surtout que les employés avaient le droit de manger les pizzas qui n’étaient pas réclamé, ou qui avaient été rejeté par les clients une fois sur place. Dans la boutique, ils ne faisaient pas cette offre qui disait que la pizza devait être livrée dans l’heure sinon elle était gratuite. Tout simplement parce que Loeven était toujours à l’heure, c’était peut-être pour ça que son employeur lui faisait tant confiance. Il n’avait jamais eu de problème avec le mutant.  

Là, maintenant, il était en train de laver les instruments qui étaient sales, les supports pour le four, ce genre de choses qui n’étaient pas vraiment ça mais demandé de la propreté. Il en avait donc besoin pour la suite. Sachant que quelques heures plus tard, son patron serait de retour et qu’il pourrait donc partir sur les routes de Radcliff afin de livrer les pizzas, le jeune homme s’appliquait à la tâche comme il en avait l’habitude.  Ça lui prit bien dix minutes de son temps, dix minutes où il s’amusa à danser en même temps grâce à la radio qu’il avait mis en route quelques minutes avant de se mettre à cette tâche. Vu l’heure, il n’y allait pas y avoir foule alors il s’amusait comme il le pouvait se sachant seul.

Après ça, il revint derrière le comptoir. Il attendait en jouant sur son téléphone que quelqu’un vienne lui demandé quelque chose. Ce qu’il ne s’attendait pas à voir était une jeune femme, frêle, petite, pous-sant la porte avec la force d’un ouragan la porte. Il en eut même un sursaut. "Aidez-moi s'il vous plait." C’était certainement la seule chose que la jeune femme réussit à dire. Son souffle s’entendait de là où il était, ce qui devait être assez grave. "On veut me tuer. " Ah tout de suite ça exprimer la couleur. Il n’avait jamais prévu voir ça, la voyant paniquée, il se dégagea rapi-dement de son comptoir et vint à la rescousse de cette demoiselle.  Elle venait de s’étalait sur la table la plus proche d’elle. La détresse se lisait sur son visage, le désespoir, l’espérance aus-si, certainement, de voir Loeven comme un héros, comme une sauveur. Il vint prendre l’un de ses bras et le passa autour de son coup pour la relever et pour la faire marcher un peu plus loin et la poser sur l’une des banquettes. L’effet était de ne pas la voir par la porte mais aussi de l’éloigner de la caisse. Il ne la connaissait ni d’Eve, ni d’Adam, alors il garda un œil sur elle. « Calmez-vous, je vais fermer la porte et  le magasin. Je ne suis pas loin d’accord ? »

Son patron ne serait pas si fier de Loeven s’il venait se faire piller dans son propre magasin par une petite femme toute frêle. Malgré ça, il avait un sentiment de profond soutien, il voyait en elle ce qu’il avait pu voir lui-même, ce qu’il avait déjà ressenti s’étant déjà fait pourchasser par des hunters. Il revint et s’assit près d’elle. « On veut vous tuer ? On… signifie hunter ou mutant, tueur à gage ? »
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: To save all we must risk all (loevenxzola)   To save all we must risk all (loevenxzola) Icon_minitimeLun 28 Juil 2014 - 0:02

I was in the darkness so darkness I became
loeven ∞ zola
Lorsque le jeune homme lui prit la main, elle frissonna et les poils sur ses bras se hissèrent. Elle sentait encore la poigne assassine de son agresseur quelques heures plus tôt et ce contact ne fit que raviver son angoisse. Cependant, elle ne dit rien. Trop obnubilée par l'idée qu'Il puisse revenir. Elle voulait à tout prix se cacher, s'éloigner de ces lumières, de cette vitrine qui donnait sur la rue dans laquelle Il ne tarderait pas à passer, toujours sur ses traces. Zola se laissa entrainée sur une banquette, silencieuse, le souffle toujours coupé. On aurait presque dit qu'elle faisait une attaque de panique mais ce n'était là qu'un manque d'endurance profond et un retour à la normale chaotique.

- Calmez-vous, je vais fermer la porte et  le magasin. Je ne suis pas loin d’accord ?


Zola se concentrait sur sa voix, elle l'écoutait pour la première fois mais déjà elle se sentait reprendre un rythme respiratoire normal. Sa carrure et son aura apaisante lui auraient fait presque oublié le pourquoi du comment de sa présence ici. Mais c'était sans compter la mention de la porte. Porte qui donnait sur la rue, dans laquelle Il trainait surement déjà. Elle se leva alors maladroitement avec peine. Ses petits doigts tendus en direction de la porte tremblaient.

- Vous ne comprenez pas. Il arrive.

À ces mots, elle engloutit quelques larmes. Elle refrénait celles-ci comme elle le pouvait. Le monde autour d'elle était déjà flou. La peur continuait à s'incruster en elle à la vision de la rue sombre à travers la vitre. Elle savait qu'il ne fallait pas qu'elle soit visible et la banquette l'était bien trop. Zola se mordit la lèvre, cherchant ses mots. Elle ne pouvait s'empêcher de penser à l'homme qui la cherchait surement encore.

- Je ne peux pas rester là. Aidez-moi je vous en prie.

Tous les magasins avaient des arrières boutiques, ou des placards, ou même assez de place sous le comptoir pour qu'elle puisse s'y cacher, non ? Zola tanga en direction du jeune homme. Il était sa seule chance. Surement la seule depuis qu'elle était arrivée à Radcliffe.

- On veut vous tuer ? On… signifie hunter ou mutant, tueur à gage ?

Elle s'arrêta net et arqua un sourcil.

- Un mutant ? Mais pourquoi un mutant voudrait me faire du mal ?

C'était sorti tout seul. Comme une vérité universelle. Elle n'en doutait pas et ne comprenait même pas le concept de la chose. Pour Zola, aucun mutant ne pouvait lui faire du mal. Ils étaient ce qui se rapprochait le plus de sa famille et jamais elle n'avait imaginé un scénario dans lequel l'un d'eux s'en prenait à elle. Un claquement de porte attira son attention à l'extérieur. Elle sursauta et se raidit comme une pauvre bête prise dans les phares d'une voiture. Toute la détresse du monde se lisait dans on regard affolé.

- Je n'ai pas le temps, Il pourrait arriver d'une minute à l'autre. Je ne sais pas ce qu'Il est mais je sais qu'Il me veut du mal.

Zola s'approcha un peu plus du garçon. De ses petits doigts pâles, elle attrapa ceux de l'inconnu qui avait à présent sa vie entre ses mains. Mains qu'elle serra en un dernier appel au secours. Avant de lui dire yeux dans les yeux.

- S'il te plait.

Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: To save all we must risk all (loevenxzola)   To save all we must risk all (loevenxzola) Icon_minitimeLun 28 Juil 2014 - 21:13

The stars, the moon, they have all been blown out
Zola & Loeven


Loeven voyait bien que la jeune femme était perdue, qu’elle était totalement soumise à une peur irrationnelle de quelqu’un ou de quelque chose. Lui, n’avait tout de même pas eu si peur lors de sa fuite parce qu’Eremon était là, qu’ils étaient tous deux mutants et qu’ils n’étaient tous les deux pas très frêles. - Vous ne comprenez pas. Il arrive.  Loeven la regarda à deux fois et fronça les sourcils. Quelqu’un était bel et bien après elle, comme il avait peu y songer quelques secondes plus tôt.

La jeune femme se releva malgré la prudence de Loeven, elle ne voulait certainement pas être seule. - Je ne peux pas rester là. Aidez-moi je vous en prie. « Calmez-vous, je ne peux pas faire grand-chose si vous êtes dans des états pareils. Respirer calmement, je ne vais pas vous abandonner. Juste pour que personne ne nous dérange, je vais fermer cette porte. » Dit-il calme-ment en y allant à reculons. Il gardait un certain contact visuel. « On veut vous tuer ? On… signifie hunter ou mutant, tueur à gage ? » Dit-il pour essayer de la garder avec lui, pour qu’ils aient un contact permanent et entendre une voix permettait souvent de se ressourcer et de se calmer. «- Un mutant ? Mais pourquoi un mutant voudrait me faire du mal ? » C’est à ce moment-là que Loeven com-prit qu’il y avait une urgence pour elle et pour lui. Qu’elle n’était pas chasser par un mutant mais par un ennemi commun aux deux. Si elle était sujette à un tueur à gage, elle aurait pro-noncé d’autres mots. Un hunter était toujours quelque chose d’énervant au plus haut point, mais également dangereux. Loeven n’étant pas encore arrivé à la porte leva sa main vers l’endroit et tout à coup les clés se tournèrent d’elle-même et la pancarte « open –close » se retourna pour affichait le close. Il avait regardé ce qu’il faisait puis reporta son attention sur la jeune femme. « Je n'ai pas le temps, Il pourrait arriver d'une minute à l'autre. Je ne sais pas ce qu'Il est mais je sais qu'Il me veut du mal. »

Il la regardait rapidement, certainement était-elle subjuguée, compatissante, énervée, peureuse, encore effrayée, il n’en savait rien car il se pressa pour lui prendre la main et l’entraîner vers l’arrière-boutique. En tout cas, elle s’était comme approché de lui ce qui avait rendu la chose plus simple. Dans cette petite course à la cachette, il n’avait certainement pas entendu le « s’il te plait » qu’elle avait glissé. C’était dans ce même intervalle qu’il ferma les lumières afin de ne faire apparaître aucun soupçon. Derrière, ils avaient un petit espace où le pizzaiolo don-ner les pizzas au serveur, une minuscule fente de peut-être cinq centimètres de hauteur sur trente de largeur. L’hôtesse de caisse la réceptionner pour faire les cartons. Ainsi, il n’était normalement vu de personne mais c’est là que Loeven se positionnait parce que grâce à cette place, on pouvait voir la porte d’entrée quelques mètres plus loin. Il patienta une petite minute dans le silence le plus complet. Un silence meurtrit par la jeune femme qui avait été secouée et secourut, un long moment où les cœurs s’arrêtèrent de battre. Une ombre passa devant la porte ce qui lui fit retenir sa respiration, elle passa simplement. Loeven fit un léger signe à la jeune femme de ne faire aucun bruit et il retourna la tête vers la porte, là, s’y tenait quelqu’un. Il sursauta, l’homme regardait dans la pizzeria,  certainement était-il le suspect qui avait pour-suivi la petite.

Le fait que la pizzeria soit fermée si tôt un vendredi soir devait lui paraître louche. Loeven fit signe à la jeune femme de s’approcher, dès qu’elle en fut convaincu, il vint poser sa main sur tes lèvres. Il mima les mots suivant « N’aie pas peur. » avant de lui montrer la fente pour qu’elle puisse ou non reconnaître la personne qui se tenait là et qui regardait aux alentours.



Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: To save all we must risk all (loevenxzola)   To save all we must risk all (loevenxzola) Icon_minitimeLun 28 Juil 2014 - 22:11

I was in the darkness so darkness I became
loeven ∞ zola
Elle avait regardé la scène, stupéfaite. Tout s'était passé étonnamment vite. Les clés, la pancarte. Comme si une main invisible les avait actionnés. Sa détresse s'était rapidement changée en un sentiment bien particulier. Il était le premier mutant qu'elle voyait depuis la mort de ses parents. Le premier de son genre, la personne la plus proche de ce qu'elle avait perdu. De ce qu'on lui avait volé. Jamais elle n'avait pensé recroiser la route d'un être au génome X, et pourtant. Sa respiration s'était brutalement calmée, comme si la démonstration du don surnaturel de l'inconnu l'avait elle aussi apaisé. En seize ans, elle ne s'était jamais sentie aussi à sa place que dans cette pizzeria. Alors Zola restait silencieuse. Elle agrippait la main du jeune homme de toutes ses forces, ne voulant à aucun prix le quitter.

Elle le suivit sans rien dire lorsqu'il la traina dans une pièce étroite. Elle aurait pût avoir peur de ce qu'il se passerait, de l'endroit dans lequel il l'emmenait. Mais elle plaçait en lui toute la confiance qu'elle possédait. Il était sa seule chance. Elle était à sa place. Enfin, son voeu était exaucé. Les voilà hors de vu. À présent, elle était bien loin de la rue et de Lui. À leur passage, il éteignit les lumières. Zola se sentait enfin soulagée. La pression descendait petit à petit, l'adrénaline aussi. Ses genoux lui faisaient toujours horriblement mal. Ses paumes également, mais elle ne pouvait défaire ses doigts de ceux du jeune homme. Elle ne voulait pas le quitter. Dans l'obscurité de la pièce, les rayons de lumières des lampadaires éclairaient faiblement les tables vides et certains d'entre eux arrivaient jusqu'aux deux jeunes gens. Zola continuait de fixer le garçon grâce à la faible lueur des rues. Il semblait aussi tendu qu'elle. Leurs respirations brisaient le silence installé par leur fuite. Son sang tambourinait à ses tempes tant elle était stressée, mais son esprit était ailleurs. Subjuguée par la découverte qu'elle venait de faire, ses pensées étaient tournées vers le passé, vers ses parents, vers leurs amis. Vers son ancienne vie.

C'est lorsqu'il se raidit qu'elle comprit que quelque chose se passait derrière le mur fin qui les séparait de l'intérieur de la pizzeria. Elle raffermi sa poigne sur les doigts du brun, l'angoisse reprenait du terrain. Pendant un instant, elle se figea elle aussi. Les yeux posés sur ceux de son nouvel ami, attendant un signal, un indice sur ce qu'il se passait dehors. Celui-ci ne tarda pas à venir. Alors qu'elle s'attendait, et qu'elle espérait, un signe que tout allait bien. Il lui indiqua de se taire. Zola serra les mâchoires. Elle ferma les yeux, tendit l'oreille. Elle se répétait intérieurement que tout allait bien, que tout se passerait bien, qu'elle n'était pas seule, plus seule.

Elle le sentit sursauter. Zola laissa échapper un gémissement peureux. Elle savait qu'Il était là. Elle s'en doutait. Inconsciemment, elle l'avait toujours su. Comment elle, une pauvre petite touriste, pouvait échapper à un homme de Sa carrure ? C'était impossible évidemment. Elle ouvrit enfin ses yeux humides et croisa le regard du jeune homme qui lui faisait signe de s'approcher de la fente par laquelle il regardait depuis un moment. Hésitante, elle s'approcha sans jamais défaire ses doigts des siens. Elle tressaillit lorsqu'il vint poser sa main sur ses lèvres tremblantes mais elle comprit qu'il ne lui voulait aucun mal. Du bout des lèvres, sans faire un seul son, il lui fit comprendre qu'elle ne devait pas avoir peur. Mais il était trop tard.

Lentement, Zola se pencha et regarda à travers la fente. Elle ne vit rien au départ, puis ses yeux s'habituèrent à l'obscurité et elle pût enfin affronter du regard l'Homme qui la poursuivait. La silhouette lui glaça le sang. Si bien qu'elle se releva brusquement, et, voulant reculer, buta contre le jeune homme. Prise par surprise, elle lâcha la main de celui-ci pour la première fois depuis qu'ils étaient entrés dans cette petite pièce. Son dos rebondit contre le torse du garçon. Elle se décala, voulant par tous les moyens s'éloigner de l'Homme qui l'attendait dehors.

- C'est lui, c'est lui, répéta-t-elle en chuchotant.

Elle réprima un sanglot bruyant, ne voulant pas faire plus de bruit qu'elle n'en faisait déjà. De l'autre côté du mur, l'Homme fixait encore l'intérieur de la pizzeria, cherchant la moindre altération dans le calme apparent. La moindre ombre à forme humaine. Le moindre mouvement aussi petit puisse-t-il paraître. Il finit par trouver ce qu'Il cherchait lorsque quelques secondes plus tôt, Zola s'était dégagée brutalement de la fente. Ce minuscule mouvement attira son attention et bientôt, Il vit au loin des ombres se mouvoir à travers le minuscule trou.

Il s'acharna sur la poignée de la porte à de nombreuses reprises. En vain. Le bruit sourd qu'Il produisait affolait la jeune fille. Chaque coup donné à la porte rapprochait le chasseur de sa proie. Et l'infime pellicule de verre ne tarderait pas à céder sous la pression croissante qu'elle subissait. Le bruit des coups résonnait encore et encore dans l'esprit de Zola, il fallait qu'elle sorte. Mais il était trop tard. Elle s'approcha de la porte de l'arrière-pièce. Elle devait sortir d'ici. Rester, c'était être condamnée. Elle devait sortir d'ici. La plénitude qu'elle avait ressentie quelques minutes auparavant à la découverte de la nature du garçon avait disparue laissant place à un sentiment de perte de contrôle total. Elle ne savait plus quoi faire.

Puis la porte finit par céder.

Zola se retourna vers le garçon en un dernier appel à l'aide.

Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: To save all we must risk all (loevenxzola)   To save all we must risk all (loevenxzola) Icon_minitimeLun 28 Juil 2014 - 23:48

The stars, the moon, they have all been blown out
Zola & Loeven


Les coups qu’exerçait cet homme augmentèrent crescendo. La force de cet homme augmentait de plus en plus. Même si Loeven soutenait la partie métallique de la porte de par ses pouvoirs, il ne pourrait rien faire du verre qui n’avait pas de notion magnétique. Les coups faisaient écho aux battements de leurs cœurs, ils s’accéléraient. La peur, l’angoisse, Loeven voyait bien que la vie de la jeune femme dépendait de lui. Alors, il la regardait. « Va falloir faire vite. Je ne pour-rais pas tenir longtemps. Je vais le distraire et toi, tu vas courir. Traverse le petit parc devant et ensuite tu verras une grande maison, suit cette rue et cherche l’appartement numéro 4. C’est le mien, je te rattrape dès que j’aurais réussi à le semer, d’accord ? » Il ne s’occupait pas de la réponse de la jeune femme, il savait inconsciemment qu’elle allait suivre son conseil.

Il la regarda une dernière fois et il rajoutait. « Si dans une heure, je ne suis pas là, sonne et demande Sasha de la part de Loeven. » C’était bien la première fois qu’il lui disait son prénom. Là encore, il n’avait pas encore conscience qu’il avait une foi aveugle en elle, lui donner son prénom, son nom, le nom de son colocataire… Il se dégageait de la demoiselle. « Quand je te dis cours, tu cours hein… »

La porte céda, il se jetait alors la tête la première sur l’homme. Courant jusqu’à lui. Il le choppa par son tee-shirt et lui mit alors un coup de tête. Il fut un peu sonner mais aussitôt il fut pos-sible de dire « COURS ! » L’autre était à peine sonné et venait de lui mettre un coup aussi rapi-dement dans le ventre puis dans les côtes de Loeven. Rattrapant, il claqua son adversaire contre le mur et lui cogna la tête dans ce dernier, ainsi, il tomba. Cela faisait peut-être dix ou cinq minutes de combats. Loeven avait mal aux côtes, mais il prit son courage soudain à deux mains et porta l’homme sur sa moto. Ferma la pizzeria comme il le pouvait. Loeven roula pen-dant de longues minutes, en essayant de le faire tenir. Lorsqu’il arrivait quelques kilomètres de la pizzeria, il l’abandonna dans un endroit éclairé. Il espérait désespérément que l’inconnu oubliera ce qu’il avait vu.

Il fonça alors à la pizzeria d’où il appela son boss. « Je venais de partir lorsqu’un homme s’acharna sur la porte. Il l’a péter, je pense que ça doit être un junkie ou un voleur. Mon frère était dans les parages, il m’a prévenu aussi rapidement qu’il a put. Rien n’a été voler mon-sieur.. Juste la porte de péter. D’accord monsieur. A demain. » Loeven regarda le volet en ferraille qu’il avait fermer pour qu’on ne puisse pas y entrer. Le boss comprenait et avertirait son neveu pour qu’il vienne réparer le tout demain.

Le jeune homme n’était pas heurter au niveau de son visage, ce qui était une bonne chose pour parler à son patron demain. Instinctivement, il regardait sa montre et remis son casque pour rejoindre la jeune femme. Il n’y avait même pas une heure de passer, elle n’avait certainement dû réveiller Sasha. En quelques minutes, il fut à l’endroit du rendez-vous. Il allait dans la ruelle où il mettait souvent la moto et espérer la trouver là, vu qu’il ne l’avait pas vu sur la route.



Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: To save all we must risk all (loevenxzola)   To save all we must risk all (loevenxzola) Icon_minitimeMar 29 Juil 2014 - 0:41

I was in the darkness so darkness I became
loeven ∞ zola
- Va falloir faire vite. Je ne pourrais pas tenir longtemps. Je vais le distraire et toi, tu vas courir. Traverse le petit parc devant et ensuite tu verras une grande maison, suit cette rue et cherche l’appartement numéro 4. C’est le mien, je te rattrape dès que j’aurais réussi à le semer, d’accord ?

Elle voulait lui dire non. Elle voulait même le lui crier. Zola s'en voulait terriblement de mettre le jeune homme en danger. Il allait risquer sa vie pour la sienne. De quel droit se permettait-elle d'obliger cet homme à se battre pour elle ? Après tout, elle n'était qu'un rebus de la société. Pire qu'un mutant, pire qu'un humain, elle n'était rien. Elle retint un sanglot avant de secouer la tête de façon à lui dire oui. De toute façon, ils n'avaient plus le choix.

- Si dans une heure, je ne suis pas là, sonne et demande Sasha de la part de Loeven.

Envisageait-il de ne pas s'en sortir ? Elle s'en voulait tellement. Pourquoi, pourquoi, pourquoi. Tout était de sa faute. Elle aurait dû continuer son chemin au lieu de mettre un inconnu dans le pétrin. Il se dégagea d'elle mais elle lui retint le bras. Elle ne savait pas quoi dire, la pression était trop forte. Alors elle le laissa parler.

- Quand je te dis cours, tu cours hein…

Tout se passa très vite. Les deux hommes se sautèrent mutuellement dessus et tombèrent sur le sol. Zola les enjamba mais le hunter lui agrippa la cheville, réussissant à se défaire d'un bras. Elle tomba d'abord sur le coin d'une table, s'écorchant la pommette gauche, puis heurta le sol dans un bruit sourd. La main toujours férocement accrochée à sa cheville, l'homme resserra sa poigne. La jeune fille se mise à crier tout en se débâtant.

- Non !

Puis Loeven reprit rapidement le dessus, laissant ainsi à Zola l'opportunité de s'enfuir. Elle passa la porte et se retourna, voulant être sûre qu'elle retrouverait son ami en un seul morceau d'ici une heure. Le plaquant férocement contre le mur, il frappa la tête de l'homme contre celui-ci. Zola sursauta, resta bouche-bée devant la scène. L'inconnu à l'aura apaisante était parti, laissant place à un être violent et probablement dangereux. Puis elle se souvint de ses paroles et fuya.

Le vent lui fouettait le visage et brûlait sa pommette d'où s'échappaient quelques gouttelettes de sang. Zola courrait à travers le parc qu'elle ne connaissait presque pas, ne sachant où trouver cette grande maison. Les lampadaires éclairaient partiellement la route goudronnée qu'elle empruntait. Si bien qu'elle finit par tomber une nouvelle fois, rouvrant les égratignures déjà présentes sur ses genoux et paumes des mains. Elle était fatiguée, épuisée. Autant physiquement que mentalement. Mais elle n'avait pas le choix. Elle devait courir, fuir, trouver cette maison et cet appartement. Se cacher, encore, toujours. Après un certains temps, elle finit par se relever, rassemblant ses dernières forces pour trouver le courage de continuer à courir malgré l'envie d'abandonner.

Pour un mois d'été, il faisait bien frais cette nuit là. Mais emplie d'adrénaline, Zola ne sentait la fraîcheur que lorsque celle-ci venait titiller ses multiples coupures. Après plusieurs minutes dans le parc, elle trouva une grande maison. Elle emprunta alors la rue, ralentissant sa course. Finalement, elle se mise à marcher. Chaque pas était plus lourd que le dernier et ses yeux se fermaient inévitablement. Elle était épuisée mais elle devait trouver ce fichu numéro quatre. Lorsqu'elle posa son regard sur le petit numéro en fer, elle chercha un endroit où elle pourrait attendre Loeven sans attirer les regards des rares passants. Une ruelle adjacente semblait le choix parfait. Zola traina des pieds jusqu'à celle-ci et s'étala de tout son long derrière une beine à ordure, bien loin des regards indiscrets de la route. Ses paupières étaient lourdes, son coeur battait encore la chamade et l'afflux d'oxygène lui faisait tourner la tête. Doucement, elle se laissa partir.

Le bruit d'une moto la remmena difficilement au monde réel. L'adrénaline cette fois-ci bien partie laissa place à des tiraillements de toutes parts. Sa joue lui faisait affreusement mal là où la table l'avait entaillée, ses genoux étaient méconnaissables, à la fois rouge de sang et noir de terre, elle ne sentait plus ses paumes de mains. Tout ce qu'elle espérait maintenant, c'était une bonne douche et un endroit où dormir. Du bout des bras, elle s'adossa à la beine, épuisée, elle ne daigna même pas se lever lorsqu'elle entendit des bruits de pas venir en sa direction. Quand une personne s'arrêta près d'elle, elle leva doucement les yeux et lui adressa un faible sourire.

- Loeven, murmura-t-elle, t'es vivant !

Elle lui tendit une main afin qu'il l'aide à se lever, oubliant alors l'homme violent qu'elle venait de voir. Son visage n'avait rien, peut-être avait-il mis K.O. son agresseur en peu de temps ?

- Je suis désolée... finit-elle par dire, baissant les yeux.

Elle se sentait bête, faible, inutile. Elle se sentait mal de l'avoir mis dans le pétrin, mal de l'avoir blessé à cause d'un hunter, mal de n'être qu'un boulet en cette soirée. Zola n'osait même pas le regarder dans les yeux tant elle avait honte et se sentait redevable. Mais ses paupières se faisant lourdes, cela paraissait plus par fatigue que par véritable gêne.

Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: To save all we must risk all (loevenxzola)   To save all we must risk all (loevenxzola) Icon_minitimeMar 29 Juil 2014 - 1:16

The stars, the moon, they have all been blown out
Zola & Loeven


Il avait pu mettre sa moto à son habitude dans cette ruelle sombre qui se fermait grâce aux clés de Loeven, certes, le grillage n’était pas très fin mais c’était mieux que de savoir sa moto dormir dehors. Pour le moment, elle était ouverte, vu que ses voisins venaient y mettre leurs poubelles. Il n’avait pas encore vu le pied de Zola qui manquait de peu de se faire écraser.  - Loeven, murmura-t-elle, t'es vivant ! « Il semblerait bien que je ne sois pas mort ce soir, c’est un fait. » dit-il en grimaçant portant une main vers ses côtes qui lui faisaient souffrir le martyr. Le hunter, ce soir, avait eu de la force et aussi une bonne maîtrise des combats à mains nues. Ce qui laissait Loeven perplexe, il faudrait que lui aussi, il se mette à  faire plus de sport, s’il voulait rester en vie. - Je suis désolée... finit-elle par dire, baissant les yeux. La voix de la jeune femme était faible, épave d’une nuit et une fin d’après-midi éprouvante, hors d’haleine. Maintenant, le soir avait repris ses droits sur Radcliff et il faisait froid, enfin plutôt frais. Il avait aussi repris ses droits sur les deux personnes qui étaient exténuées l’une comme l’autre.  

Il alla caler sa moto un peu plus loin dans l’obscurité totale. La mettant sous une bâche pour qu’il ne pleuve pas sur cette dernière et pour la rendre quelque peu invisible. Puis après, il revint voir la jeune femme qui n’avait plus de force et pour sûr. Il prit le temps, enfin de la détailler du regard, passant une main sur son visage écorché, fatigué, meurtri. Soupira puis vint l'aider à se relever et la prit comme il l’avait fait dans la pizzeria pour l’aider à monter les marches et à monter jusqu’à l’étage de son appartement.

« Ne fais pas de bruit, je crois qu’il est déjà endormi… » Il fit tourner les clés doucement dans la porte et entra avec précaution. Il n’alluma pas la lumière, ni même ne respirait bruyamment. Maintenant, il avait appris à reconnaître les meubles et leurs positions pour ne pas réveiller Sasha à chaque fois qu’il rentrait du travail. Ce gars n’avait certainement pas dû avoir la vie facile, ça se lisait dans ses yeux, sur son visage, dans ses propos mais il était une personne mystérieuse qui n’aimait pas trop parler de ça, alors Loeven lui lâchait souvent la grappe.

Loeven et cette étrangère étaient proches, l’un comme l’autre pouvait sentir l’échine d’un corps voisin. Arrivant vers la chambre de Loeven, ce dernier ouvrit la porte et entra tranquillement. Allumant la lumière, il mit un peu de temps avant de s’habituer à la lumière. Il fit tomber son manteau près de son lit, enfin plutôt ce qui lui servait de lit. Un matelas à même le sol, avec couvertures, draps, enfin bref, tout le package sauf, sommier et armature. Il n’avait pas encore eu le temps d’en acheter un. Il avait pourtant eu le temps de s’acheter une armoire, une commode, une lampe, mais un lit, ça pouvait encore attendre.

Loeven vint passer une main sur ses côtes douloureuses, sur ce flan qui lui causer tant de douleurs et de peines. Néanmoins, il ne montrait pas les grimaces qu’il faisait lorsqu’il bougeait. Se retournant, il la vit là, dans l’encadrement de la porte, presque endormie par les événements, par la douleur, par la tristesse aussi, sûrement. « Je vais te laisser mon lit, je vais dormir dans le canapé. » Loeven vint alors prendre une veste chaude dans sa penderie. Ainsi qu’un nouveau caleçon. Il irait se laver demain, après tout, il n’avait pas tant travaillé ce soir qui aurait expliqué une nouvelle douche aujourd’hui. « Tu comptes te laver un peu ? Histoire que tes blessures ne s’infecte pas ? Si c’est le cas, la salle de bain est cette porte. » Il lui montra la porte en face de cette chambre. « Il y a gel douche, serviettes, bref tout ce dont tu as besoin… Je pense que c’est tout… Si tu as besoin de quoi que ce soit, hésite pas. J’garderais la lumière ouverte près du canapé pour que tu te repères. » Il regardait un peu autour de lui ce qu’il lui manquait. Son pantalon. Il prit un bas de jogging et échangeait leur place avec l’inconnue.  Il regardait la jeune femme avant de se rendre compte. « Enchanté, moi c’est Loeven. » Se présenta-t-il avant de venir tendre la main à la jeune femme.



Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: To save all we must risk all (loevenxzola)   To save all we must risk all (loevenxzola) Icon_minitimeMar 29 Juil 2014 - 18:22

I was in the darkness so darkness I became
loeven ∞ zola
- Il semblerait bien que je ne sois pas mort ce soir, c’est un fait.

Zola ne pût s'empêcher de rire. Tout cela semblait absurde. Qui aurait pensé quelques heures auparavant qu'elle se retrouverait dans une ruelle en compagnie d'un mutant qui venait de lui sauver la vie ? Mais lorsqu'il porta sa main à ses côtes qu'elle se rendit compte de la gravité de la situation. Loeven était sans doute aussi amochée qu'elle, voir même plus. Son rire se tût alors laissant place au silence habituel d'un tel endroit. Elle le regarda ranger sa moto sous une bâche sans un mot, ne sachant plus quoi dire. Lorsqu'il vint l'aider à se lever, elle remercia le ciel de n'être pas plus lourde d'une plume et se laisser presque porter lorsqu'ils montèrent les marches. Chaque fois qu'elle pliait un genou, elle grimaçait de douleur. Ah si seulement, elle portait un jean et non pas cette stupide robe d'été. Peut-être alors aurait-elle moins souffert à ce niveau là ? L'escalier semblait interminable. Puis ils s'arrêtèrent enfin devant une porte. Zola soupira de soulagement lorsqu'il ouvrit la porte. Pas une seconde il ne la lâcha ce qui ravit la jeune fille, c'est à peine si elle marchait. Mimant ses pas, ils avançaient difficilement mais à un rythme convenable.

- Ne fais pas de bruit, je crois qu’il est déjà endormi…

- D'accord, répondit-elle doucement.

Zola ne savait pas qui était ce "il" mais elle était sûre qu'il serait aussi digne de confiance que Loeven puisqu'il vivait avec celui-ci. Elle fût surprise qu'il n'utilise pas son don pour ouvrir la porte, comme il l'avait fait pour fermer celle de la pizzeria. Peut-être cachait-il sa nature aux autres ? La jeune fille dont le passé était rempli de mutants évoluant librement dans sa maison familiale trouvait cela étrange, mais elle acceptait ses choix. Elle avait eu vent d'un climat hostile aux transmutants à Radcliffe mais ne s'attendait certainement pas à être pourchassée deux jours après son arrivée. Les deux jeunes gens avancèrent dans l'obscurité la plus complète. Elle se rapprocha d'autant plus du jeune homme ne sachant pas où mettre les pieds et ne voulant pas rentrer dans un meuble qu'elle, elle n'avait pas vu.

Enfin, il alluma une lumière. Zola plissa les yeux, aveuglée par la soudaine luminosité de la pièce. Elle n'osa pas rentrer dans la chambre du garçon, le laissant vagabonder seul. Se contentant de jeter un coup d'oeil, elle fut surprise par la sobriété de celle-ci. Elle comportait tout ce dont une chambre était censée disposer, sauf un sommier, mais au contraire de la nature de Loeven elle restait sobre et quelconque. En parlant de Loeven, elle finit par reposer les yeux sur lui. Il tâtonnait encore ses côtes. Nerveuse, elle détourna son regard. C'était à cause d'elle qu'il souffrait probablement. Zola laissa divaguer son regard. Ses paupières toujours lourdes, elle avait du mal à garder les yeux ouverts.

- Je vais te laisser mon lit, je vais dormir dans le canapé.

La voix de Loeven sorti Zola de sa torpeur. Elle se redressa, elle qui était complètement affalée contre l'encadrement de la porte et ouvrit grand les yeux. Il lui proposait de l'héberger ? Vraiment ?

- Non, non, je pense que je devrais partir... commença-t-elle. Tu en as déjà trop fait.

Elle avait l'impression d'être un poids mais ne pensait qu'à moitié ses paroles. Le matelas semblait presque l'appeler tant elle était fatiguée et à vrai dire, elle n'avait nul part où aller. Mais il ne semblait pas l'écouter, fouillant dans ses tiroirs et en sortant divers vêtements. Pour une fois, elle apprécia qu'on ne prête pas attention à elle.

- Tu comptes te laver un peu ? Histoire que tes blessures ne s’infecte pas ? Si c’est le cas, la salle de bain est cette porte. Il y a gel douche, serviettes, bref tout ce dont tu as besoin… Je pense que c’est tout… Si tu as besoin de quoi que ce soit, hésite pas. J’garderais la lumière ouverte près du canapé pour que tu te repères.

C'était surement trop. Comment pouvait-il être aussi gentil avec une étrangère qui venait de l'obliger à se battre pour sa sécurité et la sienne ?  Zola lui adressa un sourire presque invisible puis elle finit par parler.

- Merci, vraiment. T'es pas obligé de faire tout ça, je suis désolée. Tout est de ma faute. Tu peux m'en vouloir, je t'en voudrais pas. Je suis vraiment désolée.

Elle se confondait en excuses et n'arrivait pas à s'arrêter. Elle avait besoin de lui dire à quel point elle était désolée et reconnaissante.

- Enchanté, moi c’est Loeven. Lui dit-il en lui tendant la main.

Zola prit celle-ci du bout des doigts et la secoua doucement. Elle n'osait pas l'empoigner à toute main, craignant un contact entre la peau de Loeven et ses paumes écorchées vives.

- Zola, répondit-elle sobrement. Encore désolée.

Après quoi elle s'enfuit en direction de la salle de bain dans laquelle elle s'enferma de longues minutes. Enfin elle pouvait respirer. Elle prit une douche brûlante et regretta immédiatement cette décision lorsque l'eau chaude caressa ses plaies. La terre enlevée, elle pût voir l'étendue des dégâts. De multiples bleus parcouraient déjà ses jambes, même à l'endroit où Il l'avait fermement empoignée à la cheville. À vrai dire, elle avait la peau qui marquait facilement aussi. Après s'être rhabillée,  elle jeta un coup d'oeil dans le miroir. Ses cheveux mouillés tirés en un chignon, elle remarqua des cernes ça et là qui lui donnaient un air fatiguée constant. Sa pommette était enflée et une vilaine coupure parcourait celle-ci. Elle n'osa pas y toucher tant sa joue lui lançait. Les paumes de ses mains s'étaient enfin réveillées mais elles n'étaient pas autant amochées qu'elle ne le pensait. Elle devrait simplement éviter d'y toucher un ou deux jours. Ses genoux par contre étaient recouverts de coupures et d'égratignures. Le sang ne coulait plus mais elle aurait bien aimée posséder un pansement assez grand pour recouvrir ceux-ci et éviter tout contact qui déclencherait à coup sûr un élan de douleur.

Prenant son courage à deux mains, elle sorti enfin de la salle de bain. Sur la pointe des pieds elle ferma doucement la porte de celle-ci et se dirigea vers la lumière qu'il avait laissé allumée. Il n'avait pas menti. Elle le retrouva sur le canapé, déjà prêt à dormir. Zola s'avança doucement et s'assise par terre aux pieds du sofa.

- Loeven ? , souffla-t-elle.

Pendant un instant, elle pensa qu'il dormait déjà mais le garçon ouvrit les yeux. Plongeant ses pupilles bleues dans celles presque noires du garçon, elle lui adressa un sourire franc et chaleureux. Puis elle continua, toujours assise à même le sol.

- Tu es sûr que je peux rester ? Je veux dire, je ne voudrais pas t'embêter. Puis te faire dormir sur le canapé alors qu'on ne se connait même pas me gêne un peu. Chuchota-t-elle.

Elle détourna la tête pour bailler tout en emmenant sa main à sa bouche. Zola posa sa tête sur le canapé avant de finir en fermant les yeux de fatigue.

- Je suis vraiment désolée, mais merci. Merci beaucoup.

Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: To save all we must risk all (loevenxzola)   To save all we must risk all (loevenxzola) Icon_minitimeMar 29 Juil 2014 - 20:03

The stars, the moon, they have all been blown out
Zola & Loeven


- Loeven ? , souffla-t-elle.
Il avait tenté de trouver le sommeil qui lui tourner autour, mais rien y faisait, il n’y arrivait. Peut-être était-ce cette douleur lancinante qui lui parvenait de son ventre. Les coups étaient tombés comme pluie sur le macadam. Il n’en fallait pas beaucoup pour avoir des douleurs improbables. Jamais il n’avait eu à se battre auparavant et n’avait agis que sur ses réflexes de survie. Il fermait les yeux pour essayer aussi d’oublier.

Lorsqu’elle le sortit de ses pensées, il rouvrit les yeux et les posait sur la jeune femme. Elle n’avait pas envie de dormir ? Pensa-t-il. Après tout, elle n’avait fait que courir toute l’après-midi. Il se relevait doucement, s’aidant de ses mains afin de laisse une place à la jeune femme de façon à s’asseoir sur le canapé.

- Tu es sûr que je peux rester ? Je veux dire, je ne voudrais pas t'embêter. Puis te faire dormir sur le canapé alors qu'on ne se connait même pas me gêne un peu. Chuchota-t-elle. « Parce que tu as quelque part où aller ? Si oui, alors, tu sais où est le chemin, mais je suis sûr de moi. Le lit est à toi, si tu en veux. » Il avait connu cette situation, il aurait aimé avoir une aide pareille lors de sa course infernale loin de l’écosse. Néanmoins, même s’il était à Radcliff depuis quelques mois, il gardait son accent écossais, ses r biens frappés et cet air jovial sur son visage même s’il venait de vivre le pire.

- Je suis vraiment désolée, mais merci. Merci beaucoup.

Désolée ? Elle arrivait encore à être désolée alors que l’affaire était réglée ? Il la regarda profondément, dans le bleu de ses pauvres yeux fatigués. Loeven n’arrivait pas à comprendre comment elle faisait pour ne pas être déjà endormie pour trois jours. La chose qu’il vit aussi, était les bleus qu’elle avait sur son corps. Les bleus qui pouvaient donner de fausses idées à Sasha demain. Peut-être penserait-il que Loeven l’avait battu ? Les coups n’étaient faits que pour se défendre et jamais Loeven n’avait eu de telles pensées pour une femme. Il n’avait jamais rien pensé ce pauvre gars qui n’avait connu qu’une fille et encore, rapidement… Loeven ne répondit pas à ces remerciements, ça ne serait pas la dernière fois qu'elle le remercierait, après tout, il l'avait en quelque sauver.

Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: To save all we must risk all (loevenxzola)   To save all we must risk all (loevenxzola) Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

To save all we must risk all (loevenxzola)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE HUNTED :: passer le temps :: version deux :: Rps :: rps terminés-
Sauter vers: